-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le FLN lance sa machine électorale

Le FLN lance sa machine électorale

Le FLN va donner le top départ de sa campagne électorale pour les législatives du printemps 2017 la semaine prochaine, lors de l’installation de la commission électorale du parti qui sera mise en place, ainsi que l’élaboration du programme électoral. 

La commission électorale veillera ainsi à la validation des candidats portés sur les listes, qui seront choisis par la base au niveau des kasmas et des mouhafadhas.

C’est une condition essentielle que n’a cessé de répéter le nouveau SG depuis son installation et le départ de son prédécesseur Amar Saadani qui avait ouvert les portes du parti aux personnes étrangères à celui-ci : « Le FLN n’offre pas des sièges de députés, tout se décidera à la base, l’honneur du parti en dépend » a-t-il dit.

Dans le même ordre d’idées, il a réaffirmé son engagement à mettre fin à « l’achat des consciences et à exclure les candidats qui utilisent l’argent pour acheter leur candidature, car le FLN est dépositaire de la légitimité historique », a-t-il dit lors de la réunion du BP dimanche dernier destinée à évaluer les différentes opérations lancées depuis deux mois et la préparation aux prochaines législatives.

Ould Abbès a profité de cette réunion du BP pour réfuter des rumeurs faisant état de l’exclusion de 25 députés des candidatures aux législatives : « Le FLN n’a pas encore procédé à l’élaboration des listes électorales », a-t-il indiqué rappelant que les statuts du parti permettent à tous les militants de se porter candidats « à condition de se référer à la base militante », a-t-il ajouté.

Le SG du FLN, qui a installé hier officiellement l’ex-ministre des Finances Mohamed Djellab à la tête de la commission des finances du parti, a chargé ce dernier de recenser l’ensemble des biens immobiliers appartenant au parti et de mener une enquête exhaustive sur les détournements de locaux opérés par certains responsables du parti.

Avec l’installation de la commission des finances, seule habilitée à opérer les sorties d’argent sur le compte de campagne destiné au financement des candidats du parti lors de leurs sorties sur le terrain, le FLN annonce déjà la couleur.

Les tensions politiques commencent à monter

A quatre mois de la tenue des élections législatives, les tensions politiques commencent à monter. Le caractère agressif de la dernière sortie du FFS à l’encontre du FLN a fait réagir ce parti, qui a répondu aux critiques du premier secrétaire du FFS. Un communiqué du BP sanctionnant la réunion de dimanche a qualifié ces attaques d’ »inacceptables ».

Le bureau politique du FLN évoque une « campagne électoraliste hystérique » lancée par certains partis, en référence au FFS et à un degré moindre au RND, estimant que cela est révélateur de la « peur qu’ils éprouvent à confronter le peuple avec des programmes qui ont prouvé leur échec ».

Le FLN a appelé la classe politique à revoir son discours politique et à le rendre plus respectable pour que la concurrence soit uniquement « entre les programmes et aussi à « s’éloigner du pessimisme et de la diffamation ».

Le FLN, qui n’hésite pas donner aux autres des leçons de déontologie, est lui-même pris en flagrant délit de mensonges lorsque son SG affirmait dimanche dernier, en marge de la réunion du BP, avoir rencontré deux dirigeants du MSP, Aboudjerra Soltani et Abderrahmane Saidi.

Or ce dernier a démenti, hier via un communiqué mis en ligne, « l’existence d’une quelconque rencontre » entre le SG du FLN et des membres de sa direction.

« Le MSP a appris avec étonnement et stupéfaction la déclaration du secrétaire général du FLN selon laquelle il a eu une réunion lundi au siège de son parti avec des dirigeants de notre parti », écrit le MSP.

« Le MSP nie avoir connaissance de cette réunion » ajoute le communiqué qui précise que le parti n’a « mandaté personne pour se réunir avec le Front de libération nationale et aucune réunion avec le FLN n’est inscrite dans l’agenda du parti » ajoute-t-il encore.

Le bureau exécutif du MSP considère que « ces méthodes sont inacceptables dans les relations entre les partis, et les tentatives de déstabilisation sont rejetées par le Conseil consultatif qui a déjà dit son mot sur ces tentatives ».

Le FLN a-t-il tenté d’affaiblir le MSP ou a-t-il voulu jouer à la manipulation alors que lui-même ne cesse d’appeler à une bataille fondée sur les programmes et à laisser de côté les surenchères et les invectives. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email