-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le financement islamique entre dans le marché

Le financement islamique entre dans le marché

Le gouverneur de la Banque d’Algérie, Mohamed Loukal, affirme que la Banque d’Algérie n’a pas fait machine arrière sur la finance alternative « islamique ». Et annonce la promulgation prochaine d’un règlement visant la gestion de produits financiers alternatifs. Il écarte, à ce titre, l’amendement de la loi sur la monnaie et le crédit pour permettre aux banques d’adapter la finance islamique.

Intervenant ce mardi à l’ouverture du premier symposium international sur la place financière algérienne, Mohamed Loukal dément en disant que « la Banque d’Algérie a les pieds dans le plat de la finance alternative ». Il dit que « les produits déjà proposés sont analysés, et nous avons recommandé aux banques de mieux les adapter ». Pour ce qui est de la réglementation de cette finance, Loukal a annoncé la promulgation prochaine d’un règlement qui sera validé par le Conseil de la monnaie et du crédit. « Il n y a pas nécessité de changer la loi sur la monnaie et le crédit, car il y a des dispositions qui autorisent cette finance », a-t-il expliqué. Et de poursuivre : « Les banques dédiées à la finance islamique activent normalement dans le cadre de cette loi. » Il a cependant attiré l’attention des responsables des banques qui vont ouvrir des fenêtres pour les produits alternatifs, disant : « Ils sont tenus de dédier une organisation spécifique et particulière à ces produits, qui doivent être d’une imperméabilité totale par rapport aux produits classiques. » S’agissant de l’inclusion financière, Loukal estime que malgré qu’il ait y des choses faites, cette dernière reste « un petit peu timide ».

C’est dans le même ordre d’idée qu’il a souligné le fait que « les banques ne jouent plus leur rôle de collecte d’argent, en s’enfermant dans une situation due à la loi de lutte contre le blanchiment d’argent ». Selon ses propos, les banques doivent collecter de l’argent, car cela est de leur ressort, « au risque de se retrouver contraintes de subir des opérations de refinancement assez coûteuses ». Le renseignement financier est du ressort d’une autre instance, qui n’est pas celui des banques, a-t-il fait remarquer. C’est dans cette optique qu’il a signalé la promulgation d’une instruction qui devrait libérer les banques de cette contrainte. Il invite celles-ci à aller vers l’inclusion financière en développant un programme en matière d’agressivité commerciale de façon à récolter le maximum de masse fiduciaire qui se trouve en dehors du circuit bancaire.

Cette masse est évaluée à 4 780 milliard de dinars (près de 2 000 milliards sont thésaurisés par des particuliers, le reste irrigue le marché informel), ce qui représente 30% de la masse monétaire globale estimée à 14 000 milliards de dinars. Pour ce qui est de cette rencontre qui regroupe l’ensemble des acteurs de la place financière, le gouverneur de la Banque d’Algérie croit que « c’est le point de départ d’une réelle refondation du système bancaire, financier, et du marché des capitaux ». Pour sa part le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya, qui a procédé à l’ouverture officielle de ce symposium, a mis en avant les réformes entreprises par les pouvoirs publics visant à élargir les moyens de financement de l’économie. Il a mis l’accent sur la conjoncture actuelle, marquée par la rareté de la ressource face à une demande en croissance. Une situation qui impose l’introduction de nouveaux instruments de financement dans le but de renforcer les instruments classiques. Abderehmane Benkhelfa, président de ce symposium, a souligné le contexte de cette rencontre qui s’inscrit dans la rénovation du mode de fonctionnement de l’économie du pays, et du système financier en particulier.

Le choix des thématiques est bien étudié. « Elles illustrent le mouvement prometteur de la place financière algérienne », a-t-il expliqué. Outre l’inclusion financière et l’élargissement de la gamme de produits financiers, ce symposium aura aussi à débattre de la modernisation technologique et de la digitalisation des activités financières.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email