-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le FFS réitère son appel à un consensus national

Le FFS réitère son appel à un consensus national

« Notre programme est de construire les mutations politiques et sociales nécessaires pour un changement pacifique », a indiqué hier le Front des force socialistes (FFS) dans une déclaration lue par le premier secrétaire national du parti sur l’esplanade d’Ifri à Ouzellaguène, dans la wilaya de Béjaïa, à l’occasion de la commémoration du 61e anniversaire du Congrès de la Soummam.

Le FFS était venu en force à Ifri. Des membres de la direction nationale, des députés, des élus locaux, des sénateurs et de nombreux militants issus de plusieurs wilayas du pays étaient présents. Dans sa déclaration, Mohamed Hadj Djilani a souligné que « la mission du FFS n’a pas changé ».

Et d’ajouter : « Le FFS aujourd’hui est plus que jamais attaché à ces idéaux et déterminé à poursuivre sa mission qui consiste à construire un consensus national pour passer à la deuxième république et construire un Etat de droit fort par ses institutions et une république démocratique et sociale ». Pour les rédacteurs du document, « c’est là le programme du FFS et notre combat d’aujourd’hui. 

Cela devrait se faire par un consensus avec toutes les forces vives de la nation disposées à se mobiliser pour lutter, en toute confiance, dans le cadre des principes de Novembre 1954, pour la concrétisation, sur le terrain, de la plate-forme de la Soummam ».

Et de poursuivre : « Notre programme consiste en un projet pour la construction des mutations politiques et sociales nécessaires pour un changement pacifique, démocratique et organisé ». Pour le FFS, « la situation du pays est grave et il est temps de passer au changement afin d’éviter le scénario catastrophe ».

A noter qu’Ifri, ce haut lieu de la Révolution, était avant-hier un lieu de pèlerinage pour des milliers d’Algériens, et ce comme chaque année. Une escale historique de la guerre d’Algérie incontournable.

Des milliers de personnes, citoyens, autorités, formations politiques, anciens maquisards, animateurs culturels et associatifs ainsi que responsables locaux, s’y sont rendus.

Les autorités de la wilaya, à leur tête le wali, ont commémoré ce double anniversaire par la remise, avant-hier, des clefs aux 200 bénéficiaires de logements publics locatifs dans la commune de Kherrata.

Hier, le wali, Mohamed Hattab, et sa délégation ont voulu se rendre, dès les premières heures de la matinée, à Ifri Ouzellaguène, mais ont été surpris sur leur chemin par le blocage de la RN 26 à Takarietz par des habitants du village Zentar (commune de Souk Ouffella), lesquels réclament le revêtement du chemin du village que la DTP n’a pas pu concrétiser. 

Le wali s’est entretenu avec les habitants et s’est engagé à prendre en charge ce projet dont le coût est très élevé, nous dit-on. Satisfaits, les habitants ont levé le « blocus ».

Après un rassemblement au carré des Martyrs de la commune d’Ouzellaguène, la levée des couleurs et le dépôt d’une gerbe de fleurs, le wali et sa délégation se sont rendus au musée d’Ifri, lieu de la tenue du Congrès de la Soummam, pour un recueillement au pied du mémorial d’Ifri. Une exposition de photos et d’autres objets en relation avec cet événement historique a été organisé sur les lieux.

Des familles de martyrs et d’anciennes gloires de l’équipe de football du FLN ont été récompensées. Les meilleurs bacheliers de la commune d’Ouzellaguène ont eu droit aussi à des cadeaux.

Le chef de l’exécutif a baptisé quelques ruelles, dont celle du quartier Si Nacer qui porte désormais le nom du chahid Arezki Mohand El-Bachir et de la rue serpentant le jardin public de la municipalité qui porte à présent le nom des frères chahids Ben Bournan Mohand Mouloud et Mohand Tayeb. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email