-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le FFS et des ONG dénoncent les arrestations de manifestants

Le FFS et des ONG dénoncent les arrestations de manifestants

Dans un communiqué rendu public hier et signé par le premier secrétaire du parti Hakim Belahcel, le Front des forces socialistes (FFS) a estimé que la forte mobilisation des Algériens à l’occasion du 31e vendredi du hirak a montré que « le mur de la peur » est définitivement tombé : « Des millions de nos concitoyennes et concitoyens ont bravé cette fois-ci encore la peur, la multitude de barrages sécuritaires, les intimidations, puis ils ont surtout défié la propagande haineuse, tendancieuse et mensongère d’une certaine presse aussi irresponsable que malveillante, spécialiste de la fitna et de la discorde », écrit le parti. « Les dernières tentatives des tenants du pouvoir qui visent à semer les graines de la discorde et de la psychose viennent de subir un autre revers », ajoute le FFS, qui croit toujours à la nécessité impérieuse et historique d’aller vers un dialogue sérieux, global et inclusif afin de « trouver une solution consensuelle » à la crise multiforme qui « met en péril l’avenir de notre peuple et de notre patrie », poursuit le parti.

Le FFS réitère son appel pour l’installation d’un climat politique et social apaisé avant d’entreprendre une quelconque démarche pour régler la crise politique nationale.

De son côté, le président de l’ACE (Association nationale Algérie Conseil Export), Smail Lalmas, s’est exprimé sur sa page facebook sur la situation politique actuelle : « La mobilisation des citoyens est la preuve de leur détermination à poursuivre le parcours jusqu’à ce que leurs revendications soient satisfaites », a écrit Lalmas. « Ce peuple, pour ceux qui ne l’ont pas encore compris, veut vivre une vie digne, il veut vivre en liberté et n’acceptera pas des solutions qui lui sont imposées et n’acceptera pas des solutions sous pression », a-t-il ajouté. « Il faut l’écouter, le respecter et se rapprocher de lui afin de parvenir à une solution de compromis qui réponde aux objectifs de sa révolution », a-t-il conclu.

Enfin, Amnesty International s’inquiète sérieusement de la situation des droits de l’homme en Algérie. Dans un communiqué, elle qualifie de « violation des droits de l’homme », les arrestations d’activistes et les blocages annoncés des accès à la capitale. Elle appelle à la libération de tous détenus et à la levée des blocages : « Les autorités algériennes ne doivent pas bloquer l’accès des manifestants à Alger, le 20 septembre, et doivent mettre fin aux arrestations arbitraires dans un contexte de répression croissante qui a conduit à l’arrestation de dizaines de manifestants ces 10 derniers jours », a déclaré Amnesty International.

Enfin, un manifestant arrêté vendredi soir après la manifestation à Sidi Amar (Annaba), Zakaria Boussaha, sera présenté aujourd’hui, au procureur du tribunal d’El Hadjar, dans la même wilaya. Le jeune militant est très actif sur Facebook où il fait des directs et partage les dernières nouveautés sur les détenus d’opinion et le hirak.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email