-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le FFS dénonce la violation des franchises des tribunaux

Le FFS dénonce la violation des franchises des tribunaux

Dans une déclaration rendue publique mardi dernier, le FFS indique que l’annonce des cinq candidatures validées, symboles du système ayant évolué pour la plupart sous le règne du chef d’Etat déchu, « résonne comme une réplique méprisante et arrogante au tsunami populaire historique du 1er Novembre 2019 ». Le FFS qualifie la présidentielle du 12 décembre prochain de « tentative de restauration autoritaire par un coup de force électoral supplémentaire », estimant que « le pouvoir réel ignore le message des millions d’Algériennes et d’Algériens qui ont déferlé à travers le pays le 1er novembre passé, qui ont fait le consensus sur la nécessité historique et politique du changement radical pacifique du système en place ».

Dans ce contexte, ajoute le plus vieux parti de l’opposition, « les tenants du pouvoir réel par leur entêtement assumeront seuls leurs responsabilités devant le peuple algérien d’éventuelles dislocations sociales, atteintes à l’unité et la sécurité nationale », ajoute le communiqué du secrétariat national du FFS, qui « met en garde le régime et toutes les institutions illégitimes et impopulaires quant à l’atteinte à la souveraineté nationale par l’adoption de lois antinationales et antisociales qui menacent le patrimoine des générations futures, allusion au vote par le Parlement de la loi sur les hydrocarbures, actuellement en débat à l’APN.

Au sujet de la violation de la franchise judiciaire opérée par la gendarmerie au Palais de Justice d’Oran, le FFS « dénonce la violation des franchises des tribunaux » par certains corps de sécurité et se « solidarise avec les magistrats dans leur combat pour l’indépendance de la justice, fondement essentiel d’un Etat de droit ». Enfin, le FFS appelle les journalistes de la presse privée et publique « à prendre leur responsabilité historique en ce mois de novembre et briser le mur de la peur, à se libérer et à rapporter les revendications légitimes des millions d’Algériennes et d’Algériens ». Enfin, le FFS réitère son exigence de la « libération immédiate et sans condition » de tous les détenus politiques et d’opinion, et la libération des champs politique et médiatique.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email