-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le FFS appelle à un dialogue national

Le FFS appelle à un dialogue national

Le Front des Forces socialistes n’a pas raté ce vendredi 18 juin l’occasion d’un rendrez vous organique avec ses élus à Souk El Tenine (Bejaia) pour revenir sur les dernières élections législatives anticipées et sa lecture des résultats obtenus à l’issue de ce vote.

Dans son allocution, le Premier secrétaire du parti, Youcef Ouchiche a souligné à l’adresse de ses élus que dans notre pays ” où tout est fait pour pervertir la fonction de l’élu du peuple et réduire son rôle dans la société”, estimant que ceux du FFS font l’exception, “car vous n’êtes ni le produit de la fraude ni celui de la chekara et vous n’êtes redevable que devant votre patrie, vos concitoyens et votre parti.” dira t-il.

Après avoir rappelé les conditions d’exercice de la fonction d’élu au sein des APC et APW, avec la baisse drastique des dotations budgétaires, les entraves bureaucratiques, le manque de prérogatives, les pressions et l’acharnement administratif et judicaire, le responsable du FFS a indiqué que malgré toutes ces entraves et difficultés, “vous accomplissez vos missions avec courage et honneur. Etre au plus près de nos concitoyens, partager leurs souffrances et leurs combats, les accompagner et répondre un temps soit peu à leurs attentes et partager leurs espoirs, c’est le socle sur lequel est fondé notre parti. C’est dans cette optique que notre présence dans les assemblées locales trouve tout son sens. Et c’est pour cette raison que notre parti a toujours fait de sa présence dans les assemblées locales un axe stratégique”.

Sur les législatives du 12 juin et le fort taux d’abstention, Ouchiche a souligné la “logique du passage en force et le refus absolu de toute solution politique en mesure d’ouvrir de nouveaux horizons pour le pays ont conduit, sans surprise, à un nouvel échec et une nouvelle désaffection populaire”, ajoutant que “les Algériennes et les Algériens ont, dans leur écrasante majorité, tourné le dos à ce scrutin, assénant un coup dur pour le pouvoir qui ne cesse de se vanter et de s’efforcer à défendre, auprès de l’opinion nationale et internationale, la réussite et le bien fondé de sa feuille de route”.

Pour le Premier Secrétaire du vieux parti de l’opposition, “le verdict populaire est sans appel : il traduit sans ambigüité, un rejet catégorique du système et de sa feuille de route politique et institutionnelle unilatérale et expriment clairement une aspiration populaire profonde et inébranlable pour le changement et l’instauration d’un Etat de droit démocratique et social dans le pays”.
“Toute autre lecture ou justification de cette abstention massive n’est que forfaiture et fuite en avant qui ne fera que nous éloigner davantage de la solution politique et creuser encore plus, le fossé, déjà important, qui sépare le peuple de ses dirigeants” a t-il ajouté.

Pour le FFS, la crise en Algérie est une crise politique de fond qui nécessite une solution politique et non pas des réaménagements juridique et institutionnelle en vue de maintenir ou de restaurer l’ordre autoritaire. “Persister dans cette logique en s’accrochant à un système en imposant une nouvelle façade institutionnelle ne peut relever au mieux d’un manque criard de décernement, d’absence de vision, d’une cécité politique, au pire de l’irresponsabilité qui aura inévitablement de lourdes conséquences sur le pays, sa stabilité et sa cohésion” estime encore Ouchiche.

Craignant l’aggravation de la crise et le risque du pourrissement, le premier responsable du parti appelle à ” l’ouverture sans tarder d’un dialogue national inclusif en mesure d’engager le pays sur le chemin de la construction d’un projet politique, capable de consacrer la souveraineté populaire et nationale et renforcer l’unité, l’intégrité territoriale et la cohésion de notre nation”.

“Il n’y a pas de mal de s’arrêter pour un moment, observer une halte, faire sans mea culpa et tirer les leçons des échecs à répétition que le pouvoir fait subir au pays” a souligné Ouchiche, ajoutant que notre ” pays a besoin de perspectives réelles et réalistes en mesure de lui ouvrir les voies du changement apaisé, graduel et négocié. Nos concitoyens ne demandent que leur droit d’avoir des droits. Ils veulent disposer librement et démocratiquement de leur présent et de leur avenir. Donnons-leur la chance de s’organiser pour construire le changement.”

Pour le FFS, seule une solution politique globale et démocratique permettra l’avènement d’institutions légitimes, stables et pérennes capables de mobiliser, pour faire face aux défis économiques et sociaux et mettre en échec toutes les stratégies mettant en cause notre intégrité territoriale et notre souveraineté nationale.

Pour rappel, les travaux de cette conférence nationale des élus FFS dureront trois jours.

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email