-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le FCE tire la sonnette d’alarme

Le FCE tire la sonnette d’alarme

Hormis le secteur agroalimentaire qui affiche une hausse d’activité économique d’un mois à un autre, les autres secteurs, tels que l’industrie, le BTPH et les services, sont en train de subir les effets de la politique d’austérité décidée par le gouvernement suite à la baisse des revenus du pays.

Dans sa récente enquête mensuelle (septembre 2016), le Forum des chefs d’entreprises (FCE) a révélé une baisse vertigineuse de l’activité économique due grandement à une baisse consistante des commandes publiques frappées par la chute draconienne des ressources financières.

Conséquences : de nombreux projets sont déjà à l’arrêt, sans oublier le net recul des chiffres d’affaires de plusieurs entreprises.

Selon l’enquête du FCE, seul le secteur de l’agroalimentaire (IAA) a été épargné par les effets de la politique d’austérité et la dégradation de l’activité économique qui s’en est suivie. Selon le FCE, cette performance du secteur agroalimentaire est le résultat de la cadence soutenue, naturelle en cette saison principalement productive compte tenu, notamment, de la saisonnalité de cette activité qui atteint son optimum en été.

Le secteur agroalimentaire « est passé de la zone négative en juillet où il était à -16 à +11 en septembre, soit une augmentation de 27 points. Par contre, pour les autres secteurs les indices se sont dégradés ».

En chiffres, le FCE explique dans son rapport de septembre 2016, que « l’indice de confiance globale (tous secteurs économiques confondus) pour le mois de septembre 2016 est de -17. Cet indice était à +1 en juin mais s’est dégradé en juillet pour atteindre -10 ».

L’effet boomerang de la politique d’austérité

L’enquête s’alarme quant à un effet boomerang de la politique d’austérité qui touche l’activité économique. Le rapport du FCE précise que « la dégradation entre juillet et septembre atteint donc 7 points ».

Expliquant avec force détails les causes qui ont concouru à une telle situation, le document les énumère en plaçant en pole position, la baisse des commandes publiques, estimant que « cette chute brutale et significative est due essentiellement à un carnet de commandes en berne qui a diminué de 18 points qui passe de -18 en juillet à -36 en septembre.

Pour cet indice, 43% des entreprises estiment qu’il a baissé, et pour 49% d’entre elles, il est resté stable « . Par ailleurs, le niveau des stocks « jugé très élevé », soit +7 selon le FCE, –il augmente donc de 6 pts par rapport à juillet où il était à +1–, est aussi une source de problèmes, n’a pas manqué de signaler le FCE dans son rapport de septembre 2016.

Les prix des matières premières ont fortement augmenté pour atteindre les 62%, selon l’avis de plusieurs acteurs de l’économie nationale, tandis que 34% voient les prix restés stables, toujours selon le rapport du FCE. 

Prenons par exemple le secteur du BTPH, Ce dernier est touché de plein fouet par la politique d’austérité. Il est même, de l’avis des économistes, dans la zone rouge. Quant à l’indice de l’industrie (hors IAA), « il est passé de -11 en juillet à -12 en septembre soit une dégradation de 1 point ». Celui des services, « affiche une valeur-8 au mois de juillet et de -20 en septembre, soit une dégradation de 12 points ». 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email