-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le e-commerce un segment captivant de devises, selon des experts

Le e-commerce un segment captivant de devises, selon des experts

L’activité du commerce électronique commence à émerger en Algérie et à s’imposer comme une réalité inévitable, eu égard aux mutations liées à la mondialisation et au grand nombre de personnes qui l’utilisent, soit un milliard de la population de la planète.

Face à cet état de fait, les pouvoirs publics tentent de se mettre au diapason des pratiques instaurées dans le monde, en commençant par l’élaboration des projets de loi en vue de mettre en place un cadre juridique réglementant cette activité. Intervenant ce mercredi lors d’une conférence de presse organisée par l’Association nationale des commerçants et artisans (ANCA) sur le commerce électronique, l’ingénieur et coach spécialisé dans le e-commerce, Derradji Kouas, a exprimé son grand optimiste quant à l’avenir de cette activité en Algérie, qui constitue le socle de l’économie numérique. Egalement directeur général d’un centre de coaching en commerce électronique, M. Kouas a souligné les potentialités que recèle le e-commerce en Algérie, qui sont énormes et restent non exploitées.

Il est temps, dit-il, de s’y mettre pour maîtriser ce champ, en commençant par briser la résistance auprès du public, qui entrave l’avancement dans ce domaine. L’expert a indiqué que des études relèvent que d’ici à 2020, une valeur impressionnante de 6,7 trillions de dollars au niveau mondial circulera dans le cadre de ce qui est appelé le commerce électronique. Considérant impératif que l’opérateur algérien décroche sa part de ce flux inestimable. Il a cité au passage plusieurs sites spécialisés dans le e-commerce, à l’instar d’Amazon.com et alibaba.com dont les chiffres d’affaires équivalent au budget global de 20 pays. L’intervenant et avec la langue des chiffres a fait un constat « brusquant » sur la révolution numérique qui engendrera la disparition de 35% d’emplois traditionnels au niveau mondial d’ici à 2020.

Pour sa part, l’expert international en commerce électronique, Khaled Mohamed Khaled, s’est étalé sur l’importance de bien assimiler cette « nouvelle science » pour comprendre convenablement le fonctionnement du e-commerce. Assurant plusieurs sessions de formation dans ce domaine en Algérie et ailleurs, l’expert international s’est félicité de l’engouement des opérateurs algériens et de leur capacité de percer et de réaliser une expérience inédite dans le monde arabe en e-commerce. Il a expliqué que « l’Algérie pourrait réaliser en une année ce qui a été réalisé en Egypte pendant dix ans en termes de maîtrise de l’activité commerciale électronique et gagner, par extension, une valeur considérable de devises ».

Par ailleurs, le président de l’ANCA, Hadj-Tahar Boulenouar, a annoncé, à la même occasion, la mise en place avant le mois de ramadhan d’une commission nationale qui se chargera du suivi de l’activité commerciale électronique en Algérie. Le but à travers cette commission est de créer des liens entre tous les acteurs concernés par le e-commerce en vue de le promouvoir et d’œuvrer à la maturité de l’expérience algérienne. L’ANCA envisage dans ce sens d’engager des sessions de formation en coordination avec des centres de coaching spécialisés, et ce, pour enseigner les règles régissant cette science et s’initier aux méthodes de son application opérationnelle.

Certes, le gouvernement a procédé récemment à l’introduction obligatoire de terminaux de paiement électronique (TPE) dans les commerces et à la réglementation du e-commerce, à travers l’élaboration d’un projet de loi présenté aux deux chambres du Parlement. Mais pour une démarche cohérente et efficace, il est fort important aussi de mener un travail en parallèle visant à préparer les esprits aux nouvelles pratiques commerciales.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email