-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le DRS divisé en trois grosses entités rattachées à la Présidence

Le DRS divisé en trois grosses entités rattachées à la Présidence

Omniprésent dans la vie publique et politique depuis plus de vingt ans, le DRS vient d’être divisée en trois grosses entités qui seront ainsi appelées à lui suppléer. Hier, le SG par intérim du RND et néanmoins directeur de cabinet de la présidence de la République, Ahmed Ouyahia, a acté définitivement la dissolution du DRS et apporté des précisions sur cette restructuration des services de sécurité.

Ouyahia a d’abord confirmé hier, lors d’un point de presse à l’issue des travaux du conseil national du RND tenu le week-end dernier, la dissolution du Département du renseignement et de la sécurité (DRS) comme rapporté par la presse nationale la semaine dernière, et son remplacement par trois directions générales de sécurité qui seront rattachées directement à la présidence de la République.

Il s’agit de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), la Direction générale de la documentation et de la sécurité extérieure (DGDSE) et la Direction générale du renseignement technique (DGRT).

Ces trois directions générales sont des « instances » de l’Armée nationale populaire (ANP) qui seront rattachées désormais directement à la présidence de la République », a-t-il expliqué.

La restructuration en question consiste en la création d’une nouvelle structure qui va chapeauter les trois directions générales (Direction générale de la sécurité intérieure, Direction générale de la documentation et de la sécurité extérieure et Direction générale du renseignement technique) issues du DRS dissous.

Le général Athmane Tartag, nommé en septembre dernier à la place de Mohamed Mediene dit Toufik, et devenu conseiller auprès du président de la République sera chargé de la coordination des trois services de sécurité rattachés à la présidence.

Ouyahia a qualifié, à cette occasion, ces changements de « progrès » pour l’Algérie qui entre dans une autre phase en matière de sécurité : « Oui, le DRS a été dissous. C’est une nouvelle restructuration des services de sécurité en Algérie », a encore ajouté Ouyahia, qui devient ainsi le premier responsable de l’Etat à évoquer officiellement la restructuration du désormais ex-DRS.

Il a rappelé que c’était le président de la République qui avait lancé en 2013 la restructuration du DRS et que cette opération « s’est achevée avec la mise en place de ces trois directions générales ».

Ouyahia a tenu à préciser que le DRS n’a pas été remplacé par une seule « direction » tout comme il a affirmé que le président de la République « n’a nullement réduit les prérogatives » du ministère de la Défense, après ces changements. Un fait majeur : désormais les services de sécurité passent sous le contrôle direct de la présidence de la République.

Un décret présidentiel non publiable a été signé par le président Bouteflika le 20 janvier dernier qui met fin officiellement fin à l’existence du DRS créé au début des années 1990. Ces trois entités travailleraient en coordination avec la Gendarmerie nationale et la police. Elles occuperont l’ancien siège du ministère des Affaires étrangères à quelques mètres de la présidence de la République.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email