-- -- -- / -- -- --
Sports

Le Doyen retrouve des couleurs

Le Doyen retrouve des couleurs

C’est un grand ouf de soulagement qu’ont poussé les Mouloudéens de la capitale au coup de sifflet final de la deuxième demi-finale de la coupe d’Algérie, disputée Samedi au stade du 5-Juillet, face à la modeste formation de l’US Tébessa.

Et pour cause, ceux qui craignaient de voir, le Doyen dans tous ses états car convalescents ces derniers temps après avoir sombré dans le coma, n’ont pas eu cette opportunité.

L a chance, la richesses de sa composante, l’apport d’un public sans pareil et la baraka de son manager général Omar Ghrib en ont décidé ainsi. Le miracle n’a pas eu lieu finalement pour les Canaris de l’US Tébessa, dont le rêve d’aller encore plus loin dans leur aventure avec Dame coupe s’est très vite effrité ce samedi au temple du football national, le stade du 5-Juillet.

Le Mouloudia d’Alger, qui n’avait pas droit à l’erreur pour éviter le chaos dans son entourage, déjà miné par une crise sans pareil, a fait ce qu’il fallait pour rebondir et donner le sourire à son peuple. Ce rendez vous des forces opposées inédit dans l’histoire des clubs à ce niveau de la compétition, a tourné donc à l’avantage des Vert et Rouge, et c’est loin d’être immérité même s’ils n’ont pas produit un jeu de grande qualité.

La différence s’est faite sur trois balles arrêtées au grand bonheur des Chnaoua qui n’en demandaient pas tant pour composter leur billet pour la 9e finale de leur histoire dans l’épreuve populaire.

Que du bonheur donc pour les camarades de Chaouchi, promu pour l’occasion capitaine, et pour les milliers de supporters, venus encore une fois en masse apporter leur soutient inconditionnel à l’équipe dans ces moments difficiles.

Une qualification attendue pour les Vert et Rouge devant un adversaire de calibre inférieur qui a tenté de donner le meilleur de lui-même dans une ambiance jamais connue auparavant. Force est de dire qu’il n’y avait pas photo entre les deux équipes. La différence était de taille sur le papier et sur le terrain.

Cueillis à froid dès la 4e minute, sur un coup franc direct superbement exécuté par Zeghadane des 25 mètres, les Canaris de l’antique Thévest, loin de s’attendre à un tel scénario catastrophe, n’ont plus relevé la tête malgré tout le talent de son stratège El-Eulmi Douadi, qui n’a pu, à lui seul rivaliser face à l’armada mouloudéene. Impressionnés d’abord par la stature de l’adversaire et du décor dans lequel ils n’ont jamais évolué, les poulains de Benlaâredj suspendu pour la circonstance–, pris à la gorge ont perdu d’entrée la bataille.

C’était compter sans la décision ferme des Mouloudéens de vouloir forcer le destin et d’aller chercher cette qualification pour la finale synonyme de résurrection, non sans penser au passage à cette confrontation qui pointe son nez face au voisin de Soustara, synonyme de derby qui sent plus que jamais la poudre.

Avec un moral au beau fixe, les camarades de Hachoud savent ?? que le plus dur est à venir. Il va falloir très vite se remettre à la besogne pour se relancer en championnat.

Le hasard a voulu que ce soit l’éternel rival, l’USMA, contre qui il faudra en découdre pour confirmer son nouveau départ sous la houlette du manager général Omar Ghrib et préparer la finale inédite et tant attendue contre une équipe du NAHD, considérée déjà comme la bête noire des clubs algérois en général.

Les Chnaoua, qui croient plus que jamais en la baraka de Ghrib ne jurent que par une huitième coupe. Ce qui est loin d’être une simple affaire devant des Sang et Or qui leur ont damé le pion à l’aller et leur ont mené la vie dure au retour.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email