-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le dossier d’El Hadjar est clos

Le dossier d’El Hadjar est clos

La signature du nouveau pacte des actionnaires transférant la majorité (51%) du capital social d’ArcelorMittal Tébessa (AMT) à la partie algérienne a eu lieu dimanche au ministère de l’Industrie et des Mines.

En vertu de ce pacte, qui a été conclu sous la présidence du ministre de l’Industrie et des Mines, Abdessalem Bouchouareb, 51% du capital social d’ArcelorMittal Tébessa seront détenus par l’Entreprise nationale du fer et du phosphate (Ferphos) avec un taux de (30%) et par le Groupe public algérien (Sider) avec un taux de (21%). « Nous venons d’assister à un pacte d’actionnaires entre Ferphos, Sider et AMT, qui nous permet aujourd’hui de récupérer la majorité qui est de 51%, entre Ferphos et Sider, ajoutant à cela un plan de modernisation et de développement des mines qui vise à les sécuriser ». Deux autres conventions de crédit portant sur l’investissement et l’exploitation sont signées entre la Banque extérieure d’Algérie (BEA) et ArcelorMittal Algérie.

D’un montant global de 720 millions de dollars, le plan d’investissement et de développement d’El Hadjar sera financé à hauteur de 600 millions de dollars par la BEA à travers deux crédits, et de 120 millions de dollars par les deux actionnaires ArcelorMittal et le groupe public de sidérurgie Sider, a indiqué à la presse le président du conseil d’administration de Sider, Hasnaoui Cheboub, en marge de la cérémonie de signature.

La première convention de crédit porte sur l’investissement alors que l’autre est relative à l’exploitation, ce qui permettra d’accélérer la mise en œuvre du plan de modernisation et de développement du complexe d’El Hadjar. Ces conventions sont de nature à « mettre à la disposition d’ArcelorMittal Algérie tous les moyens qui lui permettront de renaître, au bénéfice de la sidérurgie nationale et de contribuer à faire face à la demande grandissante du marché national en produits sidérurgiques », souligne le ministère.

« C’est un parcours assez difficile qu’a connu le complexe d’El Hadjar ; on l’a même condamné à la fermeture ; on a voulu rester discret pour ne pas compromettre les chances de la reprise de ce complexe, et lundi l’entreprise ArcelorMittal Algérie (AMA) vient de signer avec la Banque extérieure d’Algérie le crédit de modernisation et de développement du complexe d’El Hadjar et les deux mines de Ouenza et de Boukhadra (Tébessa) », a annoncé Abdessalem Bouchouareb.

Cet accord vise à plus que doubler la capacité de production de l’usine en portant sa production de 1 million de tonnes à 2,2 millions de tonnes par an en 2017. »La reprise du contrôle sur les mines de Ouenza et Boukhadra s’inscrit dans le cadre d’une stratégie globale de gestion et d’exploitation du patrimoine minier du pays.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email