Le dossier de l’arbitrage de nouveau au centre des débats : Sifflet sous haute surveillance – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --
Sports

Le dossier de l’arbitrage de nouveau au centre des débats : Sifflet sous haute surveillance

Le dossier de l’arbitrage de nouveau au centre des débats : Sifflet sous haute surveillance

Constamment sous les feu nourris des critiques, décriés, accusés de tous les maux, vilipendés, il ne se passe pas une journée de championnat, à tous les niveaux de la hiérarchie et comme chaque saison, ou les arbitres algériens ne sont pas aux devants de l’actualité. Dans le mauvais sens. A peine l’exercice 2023-204 lancé

Sur la table, le dossier de l’arbitrage l’est plus que jamais. Il y a quelques jours, et comme il l’avait promis, le nouveau patron de la Faf, lançait un sérieux avertissement à la corporation. Pour confirmer que le problème avait assez duré et qu’il fallait, plus tôt que prévu (lire les fins de saisons houleuses et frappées du sceau de la suspicion généralisée, les rumeurs allant bon train et rarement vérifiées quoi que vraies), mettre un terme à des pratiques dénoncées par des acteurs les premiers, malheureusement, à l’encourager, certains se permettant le « luxe » suprême de le revendiquer publiquement sans risques de poursuites.

Et ce n’est pas les scandales de corruption qui ont manqué à de sombres décors où tout le monde achetait tout le monde, tout le monde dénonçant la triche. Que personne ne voudra jamais voir. Il y a près de deux semaines, la Commission Fédérale d’Arbitrage (CFA) avait décidé de convoquer, pour audition, certains de nos chevaliers du sifflet sous haute surveillance comme beaucoup de leurs pairs qui n’ont pas tardé à se mettre en « évidence » alors que les jeux n’ont pas véritablement commencé.

Quatre petites étapes à peine de championnat dans les deux ligues (la 1 Mobilis et la 2 amateurs) et ne voilà-t-il pas que des boucliers se sont levés concernant la prestation de certains hommes en noir. Ne voilà-t-il pas aussi que, du côté de Dely Brahim, on estimait opportun de battre le fer tant qu’il est chaud.

Un avertissement qui vient démontrer la détermination de la nouvelle Faf de ne pas rester les bras croisés en ne réagissant, comme le veut la tradition, qu’à l’approche des verdicts de fin de saison et l’ouverture du grand « souk » où le moindre petit point assurant un titre, une accession ou un maintien, vaut son pesant d’or, nos champions de la « patte blanche » sortant le chéquier alors que des joueurs et, évidemment, des arbitres se vendent au plus offrant.

Des pratiques bien installées dans les us et coutumes de notre football. La question est maintenant de savoir si cet avertissement (il implique certains de nos meilleurs sifflets, à l’exemple de Lotfi Boukouassa ou Youcef Gamouh entres autres et auditionné à l’occasion par la CFA mais on ne nous dit pourquoi et quelle est la sanction ayant suivi cette convocation) aura l’effet escompté. Si, surtout, ce précédent dans la gestion de l’arbitrage dans nos murs si agités, provoquera le déclic.

Où on est-on depuis et qu’en pensent les arbitres convoqués pour des « erreurs répétitives ?» Réponse dans les prochaines journées. On ne terminera pas sans rappeler que nos arbitres, grâce à leurs compétences avérées, figurent parmi les meilleurs sur la double scène arabe et continentale où ils sont sur-sollicités. D’où la nécessité de faire la part des choses en rendant à César ce qui appartient à César ». Dont acte !

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile ?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email