-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le dispensaire de Belghanem en quête de remodelage

Le dispensaire de Belghanem en quête de remodelage

A Belghanem, un grand quartier, le dispensaire est voué à devenir un petit hôpital. Il fonctionne, pour le moment, selon un système archaïque qui ne convient plus aux exigences actuelles.

« Les problèmes majeurs résident dans la désorganisation, l’absence d’une bonne gestion et la procédure de distribution de médicaments qui laisse à désirer « , commente une habitante de Belghanem. Selon elle, « les problèmes sont nombreux et la situation exige un travail de restructuration et une nouvelle politique de gestion ».

L’état de dégradation constaté au dispensaire de Belghanem, particulièrement dans sa partie inférieure et sur sa façade, ne devrait pas passer inaperçu pour les autorités locales qui, pourtant, accordent un intérêt particulier au secteur de la santé, particulièrement après l’ouverture, quoique tardive, du nouveau dispensaire de Baba-Saad. « Il nous est arrivé très souvent de soigner des plaies avec du matériel non stérilisé », un confie ancien infirmier du dispensaire de Belghanem, aujourd’hui à la retraite.

Ce quartier est situé à 3 km du centre-ville de Ghardaïa et à 6 km de l’unique hôpital du chef-lieu de la wilaya. Aussi, faute d’une meilleure prise en charge par ce dispensaire, les 12.000 habitants de ce grand quartier continueront à vivre dans cette situation sanitaire très critique, surtout été.

En effet, durant la période des grandes chaleurs, les microbes se multiplient, provoquant des maladies assez graves, plus particulièrement chez les personnes âgées les nourrissons, mais surtout chez les nouveau-nés vu le manque de vaccins depuis deux semaines. Dans des cas pareils, les malades se présentent au dispensaire quand il est ouvert, qui manque de tout ou presque, pour se faire consulter par un médecin qui n’est pas toujours là.

D’aucuns refusent, après avoir constaté l’état déplorable de cet édifice de santé, de recourir aux services de ce dispensaire qui, de l’avis de beaucoup de personnes, représentait l’un des fleurons de secteur de la santé.

Médecins et infirmiers, nous ont fait remarquer qu’ils travaillent dans une situation déplorable, indiquant qu’il y a des manques intermittents de vaccins pour bébé, de médicaments, de petits matériels médicaux et de soins d’urgence (seringues, gants stérilisés, produits de laboratoire et de radiologie).

En outre, il y a absence d’eau chaude, de système de climatisation, etc. « Ces manques et pénuries nous rappellent les années 1980 », déplore Si Bakir, un sexagénaire indigné.

Parmi les innombrables aléas auxquels sont exposés les patients et le personnel médical, on retrouvera particulièrement le nombre croissant de malades qui viennent se faire soigner dans ce dispensaire, lequel vient pourtant de restreindre ses prestations, notamment après l’ouverture tant attendue du dispensaire de Baba-Saad.

Ainsi, le personnel médical est réduit, les urgences ne s’occupent plus des hypertendus et des cas d’hypertension et de piqûres scorpioniques, la permanence n’est pas assurée en dehors des heures normales de travail, des week-ends et des jours fériés …
Afin de remédier à tous ces maux dont souffrent les citoyens, la direction de la santé de la wilaya de Ghardaïa est tenue d’opter pour une nouvelle stratégie.

Celle-ci consisterait en la mise en œuvre d’une meilleure gestion, l’établissement d’une carte sanitaire concernant le plan géographique et la densité de la population et enfin le recensement des populations et la définition des besoins logistiques et médicamenteux.

« Cette stratégie permettra d’assurer une meilleure qualité des prestations médicales et paramédicales dans ce centre de santé », indique un médecin. Et d’ajouter : « Il est prévu également d’équiper ce centre de santé en matériel de soins moderne et nécessaire pour une médecine de base sans reproche.

De même, ce centre de santé devrait être doté d’un équipement informatique pour répertorier les patients du quartier, leurs maladies, leur sexe et leur âge. L’objectif est de disposer de l’historique de chaque patient ainsi que des informations nécessaires afin de pouvoir intervenir rapidement et efficacement en cas d’urgence. »

En somme, le dispensaire du quartier Belghanem voué à devenir, dans le futur, un petit hôpital du quartier bien structuré et organisé. Allons-nous connaître ce changement ?

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email