-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le directeur général de l’INRA recommande un plan d’urgence

Le directeur général de l’INRA recommande un plan d’urgence

Les races locales ovines et caprines à faible effectifs sont menacées d’extinction en Algérie. A ce jour, aucun travail n’a été fait pour préserver ces ressources qui constituent un véritable réservoir de la diversité génétique indispensable au développement durable.

Le constat établi hier par le directeur général de l’Institut national de la recherche agronomique, M. Farid Chehat, dénote le retard de l’Algérie dans ce domaine et la nécessité de prendre des mesures rapides pour la sauvegarde et la mise en valeur de ces races en péril. 

« De diverses populations animales disparaissent ou sont en voie de disparition avant même d’être caractérisées », a-t-il regretté. Selon le premier responsable de la recherche agronomique en Algérie, le travail doit démarrer à zéro. Les responsables du secteur devraient faire en urgence un état des lieux afin de connaitre l’effectif actuel de ces races et l’intérêt économique qu’ils pourraient présenter pour le pays.

Ils devraient ensuite établir une nomenclature des races ovines et caprines existantes avant de définir les voies et moyens de leur conservation. Soulignant la richesse génétique du pays, M. Chehat a affirmé que l’Algérie compte une diversité de races et population d’animaux domestiques constitués essentiellement de races locales rustiques et bien adaptés aux différents zones agro-écologiques.

Les espèces ovines et caprines sont particulièrement les plus représentatives puisque l’Algérie compte plus d’une dizaine de races mais de nombreuses races ont vu leur effectif diminuer « dramatiquement » ces dernières années notamment certaines races ovines la Hamra et la Taadmit mais aussi des races caprines la Naine de la Kabylie et la rouge de l’Oasis.

Pour prévenir les éventuelles érosions ou disparition irréversible de ce patrimoine biologique, ce responsable a recommandé une fois de plus l’urgence de localiser ces espèces, définir ses caractéristiques morphologiques et le système d’élevage adapté à chacune et de procéder par la suite à sa conservation d’une manière durable.

Les races et population d’animaux domestiques sont constituées essentiellement de races locales rustiques et bien adaptées aux différentes zones. 

Les espèces ovines et caprines sont particulièrement les plus représentatives puisque l’Algérie compte plus d’une dizaine de races mais de nombreuses ont vu leur effectif diminuer « dramatiquement » ces dernières années notamment certaines races ovines la Hamra et la Taadmit mais aussi des races caprines la Naine de la Kabylie la rouge de l’Oasis.

Pour préserver ces races, le directeur de l’INRA a présenté plusieurs possibilités dont la conservation de ces animaux chez les éleveurs dans leurs milieux naturels de sorte de reconstituer leur nombre et voire même le développer.

La deuxième possibilité consiste à placer ces animaux dans des endroits surveillés tels les fermes pilotes ou les zones protégées et la troisième c’est de préserver les embryons congelés pour une éventuelle réutilisation. M. Chehat a souligné l’urgence pour l’Algérie de définir un plan d’urgence pour préserver la variété de ces races ovines et caprines « au risque de perdre ses droits de propriétés sur ses propres richesses ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email