Le directeur du CHU de Constantine limogé – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Le directeur du CHU de Constantine limogé

Le directeur du CHU de Constantine limogé
CHU Dr Benbadis, Constantine

Trois jours à peine après sa virée à Constantine, le ministre de la Santé de la Population et de la Réforme hospitalière a frappé fort ce mardi en limogeant le directeur du CHU Dr Benbadis.

Tarek Mili à la tête de la plus importante structure hospitalière du Constantinois depuis le mois de mars 2020 a finalement été poussé vers la sortie. Le constat fait par le chef du département vendredi et « surtout le non-respect de consignes qu’il aurait données à la faveur de sa visite », susurre-t-on par ailleurs, ont donc eu raison du désormais ex directeur du CHU de Constantine

En effet, Abderrahmane Benbouzid, en visite vendredi à Constantine, n’a guère été tendre avec les responsables de l‘établissement hospitalier et ce devant les autorités constantinoises et la délégation qui l’accompagnait.

Il avait constaté de visu l’état de délabrement et le laisser-aller dans lesquels se trouvent la majorité des services de la structure bien que sa virée ne s’est limitée qu’à quelques pavillons dont le service des urgences médicales et chirurgicales. Des vidéos accablantes offrant des images désolantes sur l’état des lieux avaient même circulé sur la toile avec en prime des réactions à la limite de la colère du ministre à l’encontre des responsables.

Benbouzid avait alors laissé entendre au cours d’un point de presse, tenu en marge de sa sortie, que son département avait pris note de la situation et qu’il allait prendre les mesures appropriées. « aussitôt dit, aussitôt fait ».

Depuis son installation, en mars 2020, à la tête du CHU constantinois, Tarek Mili n’a eu pourtant de cesse de tenter de remédier à certains problèmes liés au fonctionnement de la gigantesque structure surplombant le Vieux Rocher, mais il s’est à chaque fois heurté à des pressions de groupes et autres « lobbies » de professionnels, selon des sources au sein de l’établissement. Ceci en plus des difficultés financières et surtout de la gestion, qualifiée alors d’approximative, de la crise sanitaire liées à la covid-19.

Après ce départ forcé du directeur, des indiscrétions laissent, par ailleurs, entendre que trois profils de candidats sortent d’ores et déjà du lot des éventuels successeurs de Mili.

En effet, il n’est pas écarté que l’un des directeurs de l’hôpital de Didouche Mourad ou de l’Établissement hospitalier spécialisé des maladies du cœur Eriad à la cité Benchicou ou encore de l’établissement hospitalier spécialisé dans les maladies du rein à Daksi pourrait se voir livrer les clés de la direction du Centre hospitalo-universitaire constantinois.

Ce limogeage vient, faut-il le noter, après celui décidé à Annaba il y a cinq jours par le chef du département sanitaire. Le 29 mai dernier, sur la base de rapports parvenus au ministre faisant état de mauvaise gestion et d’une dégradation des services au sein de l’établissement, le directeur du CHU de la capitale de l’acier avait en effet connu le même sort.

L’on apprend aussi de source bien informée que le directeur de l’Établissement de santé publique Houari Boumediene à Chelghoum Laid dans la wilaya de Mila vient d’allonger ce jour même soit mardi 7 juin la liste des responsables de structures sanitaires virés.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email