-- -- -- / -- -- --
Monde

Le diplomate Michel Kafando président intérimaire du Burkina Faso

Le diplomate Michel Kafando président intérimaire du Burkina Faso

Le diplomate Michel Kafando a été choisi comme président de la transition du Burkina Faso, une période qui durera de sa nomination officielle jusqu’aux élections prévues en novembre 2015, a annoncé hier un ecclésiaste au nom du collège de désignation.

« C’est le candidat Michel Kafando qui a été retenu par consensus », a déclaré Ignace Sandwidi, représentant de l’Eglise catholique au sein de cette instance dans laquelle armée et civils siégeaient, qui a rendu son résultat peu avant 4H00 du matin (locales et GMT) au terme d’une nuit de tractations. M. Kafando, 72 ans, figure de la diplomatie burkinabè, fut ambassadeur de la Haute-Volta (l’ancien nom du pays) puis du Burkina Faso auprès des Nations unies, respectivement en 1981-1982 et 1998-2011.

Sa désignation doit encore être confirmée par le Conseil constitutionnel avant d’être définitivement validée, ce qui devrait être très rapide. Dès cette étape achevée, le pouvoir, pris par le lt-colonel Isaac Zida, actuel homme fort du pays, à la chute du président Blaise Compaoré, sera transmis de fait aux civils.

Le diplomate Michel Kafando a été choisi comme président de la transition du Burkina Faso, parmi deux autres candidats, à savoir l’ex-ministre Joséphine Ouédraogo et le journaliste Cherif Sy. Cette nomination est survenue aussi deux jours après le rétablissement de la Constitution burkinabé par le lieutenant-colonel, Issaac Zida, qui a pris les rênes du pays après le départ de Blaise Compaoré, le 31 octobre, chassé par la rue et l’opposition, en raison notamment de son souhait de modifier la Constitution pour se maintenir au pouvoir, après 27 années de règne.
Une fois la désignation de Michel Kafando actée par le Conseil constitutionnel, les civils auront repris officiellement les rênes du pays tournant ainsi la page du régime militaire.

Michel Kafando qui compte s’adresser au peuple burkinabé « dès que cela sera possible », s’est déjà engagé à relever les défis qui se posent au Burkina Faso car, a-t-il dit, il en va de « la crédibilité » de ce pays du Sahel qui, « après des journées terribles », a besoin de « redonner confiance » et de mettre « le cap sur l’avenir ».

L’objectif visé, pour le président intérimaire, est de « bâtir ensemble une nouvelle société, une société réellement démocratique par la justice, la tolérance et l’union des cœurs », a-t-il indiqué dans un court discours manuscrit. Selon l’opposition burkinabé, le programme de Michel Kafando « c’est exactement ce que les gens attendent parce que allait droit sur les problèmes de corruption et d’impunité ».

« Il est extraordinairement en phase avec les attentes de la révolution », selon les dires de Zaphirin Diabré, le chef de file de l’opposition à Blaise Compaoré.

L’Union africaine salue la nomination de Michel Kafando

Aussitôt annoncée, la nomination du diplomate Michel Kafando à la tête du Burkina Faso a été saluée par l’Union africaine (UA) comme signe de la « maturité politique » et du « sens des responsabilités » des Burkinabè. La présidente de la Commission de l’UA, Nkosazana Dlamini-Zuma, s’est ainsi réjouie dans un communiqué, du rétablissement de la Constitution » et a dit prendre « note avec satisfaction de la désignation d’une personnalité civile, Michel Kafando, comme président de la transition ». 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email