-- -- -- / -- -- --
Monde

Le DG de l’AIEA attendu à Téhéran

Le DG de l’AIEA attendu à Téhéran

Le chef de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), Yukiya Amano, doit se rendre aujourd’hui à Téhéran, au moment où les grandes puissances et l’Iran tentent de conclure à Vienne
un accord historique sur le nucléaire iranien, selon des sources diplomatiques.

L’AIEA est appelée à jouer un rôle majeur de contrôle et de vérification en cas d’accord entre Téhéran et les grandes puissances. Yukiya Amano a quitté Vienne hier soir et aura des entretiens aujourd’hui avec les autorités iraniennes, selon ces sources diplomatiques proches des négociations.

Le diplomate japonais aura des entretiens avec le Président, Hassan Rohani, et le président du Conseil suprême de sécurité nationale, Ali Shamkhani, a indiqué de son côté l’agence iranienne Irna.
Yukiya Amano a été invité pour discuter notamment « des activités passées », autrement dit la PMD (possible dimension militaire) du programme nucléaire iranien, a précisé Irna.

La PMD est l’un des aspects les plus délicats des négociations. L’AIEA soupçonne Téhéran d’avoir mené des recherches au moins jusqu’en 2003 pour se doter de la bombe atomique, et cherche à avoir accès aux scientifiques impliqués ainsi qu’aux documents et sites qui pourraient avoir abrité ces recherches. Téhéran a toujours démenti avoir voulu ou vouloir se constituer un arsenal militaire nucléaire, affirmant que les documents sur lesquels se base l’AIEA sont des faux.

« Le but du voyage de Yukiya Amano est de parler des activités passées et d’entendre les propositions iraniennes pour résoudre les différends », a ajouté Irna, citant une source proche des négociations.

De leur côté, les chefs de la diplomatie chinoise et française Wang Yi et Laurent Fabius sont attendus à Vienne aujourd’hui, où ils doivent retrouver notamment leurs homologues iranien et américain, a annoncé hier une source diplomatique française.

La responsable de la diplomatie européenne Federica Mogherini est également annoncée aujourd’hui dans la capitale autrichienne, alors que l’Iran et les grandes puissances du P5+1 ont prolongé jusqu’au 7 juillet le cadre des négociations pour parvenir à un accord historique.

La date butoir fixée pour que Téhéran et les pays du groupe P5+1 trouvent un accord sur le programme nucléaire iranien a été repoussée au 7 juillet, au lieu du 30 juin, a annoncé mardi la délégation américaine.

« Le P5+1 et l’Iran ont décidé de prolonger au 7 juillet les mesures décidées dans le cadre du Plan d’action conjoint, afin de donner davantage de temps aux négociateurs pour qu’ils trouvent une solution de long terme sur la question du programme nucléaire iranien », a déclaré Marie Harf, porte-parole du département américain d’Etat.

Des diplomates présents à Vienne ont indiqué que les négociations se poursuivraient pendant le temps nécessaire à la conclusion d’un accord général prévoyant une fin des sanctions en échange d’un moratoire d’au moins 10 ans sur les activités nucléaires les plus sensibles conduites par la République islamique.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email