Algérie-Egypte: Le dérapage de l'ambassadeur égyptien au Maroc – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Algérie-Egypte: Le dérapage de l’ambassadeur égyptien au Maroc

Algérie-Egypte: Le dérapage de l’ambassadeur égyptien au Maroc

Le président de la République Abdelmadjid Tebboune vient d’achever une visite de travail et de fraternité de deux jours en Egypte. Il a eu des entretiens avec le président Al Sissi sur plusieurs points et dossiers de coopération bilatérale, économique et sur des questions de politique régionale, notamment les préparatifs du prochain sommet arabe qui doit se tenir cette année dans la capitale algérienne.

En même moment, l’ambassadeur d’Egypte au Maroc, Yasser Mustafa Othman, accorde à la hussarde une interview au site marocain Hespress, dans laquelle il met en exergue les relations entre son pays et le Makhzen, qualifiées de millénaire. Et comme d’habitude, selon les vieilles méthodes marocaines, derrière cette interview, le but est de faire dire au diplomate égyptien que le territoire occupé du Sahara occidental fait partie du royaume de Mohamed VI.

Pour rappel, tous les ambassadeurs d’Egypte accrédités à Rabat ont fait des interviews, la dernière en date est celle de Achraf Ibrahim pour Hespress en mars 2021. Et presque tous insiste sur le « respect » de la souveraineté marocaine et « l’intégrité de son territoire », façon de dire que le Caire ne reconnait pas le Polisario.

Evidemment que la RASD n’est pas reconnue par les pays membres de la Ligue arabe. Son dossier n’a jamais été déposé dans un quelconque sommet. Aucune tentative de ce genre n’a été faite, même si une fois, durant les années 80 au siècle dernier, le défunt Maâmar El Gueddafi, le leader libyen, avait voulu faire un petit forcing dans un sommet, juste pour agacer les monarchies du Golfe arabique.

Cependant, la parution de l’interview de ce diplomate égyptien, pourtant rompu aux questions arabes, n’est nullement une pure coïncidence, ou un hasard médiatique. On sait que depuis des années, selon des recettes de laboratoires sionistes, le Makhzen mobilise tout son appareil politique, diplomatique, commercial et médiatique pour parasiter les œuvres algériennes non seulement dans le monde arabe et continental, mais aussi en Europe.
D’autant que depuis quelques semaines, Rabat dénigre les tournées de Lamamra dans le monde arabe, en perspective de la tenue de ce sommet d’Alger, en accréditant des thèses farfelues et des mensonges sur son ordre du jour. Et tous connaissent l’hostilité manifeste du Makhzen à tout ce qu’entreprend l’Algérie.

Or, ce qui irrite le plus dans cette perfide affaire, c’est ce double visage adoubé de l’Egypte. Plus qu’une indélicatesse ou geste irrévérencieux, le diplomate égyptien sait parfaitement que le président Tebboune est en visite au Caire et que cet entretien à un média monarchiste ne peut être qu’une réponse ou un message égyptien on ne peut plus clair en direction d’Alger. Le mieux aurait été non pas de s’abstenir, mais de différer la parution de son interview. Rien n’y fit, car cela est une démonstration de cette « légèreté » irrespectueuse et à la limite de la « morale « ou l’éthique diplomatique.

D’une manière franche et sur un ton direct, l’ambassadeur égyptien rappelle que son pays soutient cette intégrité territoriale du Maroc, (qui dit intégrité, dit marocanité du Sahara occidental selon le langage du Makhzen). De plus, ce diplomate révèle que le Caire a participé à la fameuse conférence internationale de soutien au plan d’autonomie.

Impossible que ce sieur, récemment accrédité, ne sait pas de quoi ça retourne. Spécialiste des questions arabes au sein de la diplomatie égyptienne, il a notamment exercé en Jordanie, à Ramallah et à la Ligue arabe en tant qu’adjoint au SG, l’ambassadeur maitrise son sujet.

Alors pourquoi, ce double langage, cette façon de procéder chez nos « frères » du Caire ? Pour les observateurs, l’alignement de l’Egypte aux thèses marocaines n’est pas étonnant. Les deux pays sont dans une logique de normalisation avec l’entité sioniste depuis de longues décennies. Alger ne peut rien espérer sur ce point, et elle le sait. Faut-il bâtir, alors un vrai partenariat économique avec un Etat qui cultive la perfidie et l’irrespect diplomatique ?

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email