-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le déficit commercial de l’Algérie s’enfonce

Le déficit commercial de l’Algérie s’enfonce

Le déficit commercial de l’Algérie se creuse de plus en plus depuis le début de 2015. Au cours des sept premiers moins de l’année, la balance commerciale a accusé un déficit de 8,041 milliards de dollars (mds usd), contre un excédent de 3,964 mds usd à la même période de 2014, selon les chiffres provisoires publiés par les Douanes algériennes.

Cette contre-performance est la conséquence logique de la baisse des exportations, notamment des hydrocarbures qui représentent la quasi-totalité des ventes nationales à l’étranger. Globalement, les exportations ont baissé à leur plus bas niveau (-40,44%) en passant à 22,924 mds usd entre janvier et juillet 2015, contre 38,49 mds usd durant la même période en 2014. Quant aux importations, elles ont enregistré une baisse relative de 10,31 % en passant à 30,965 mds usd contre 34,525 mds usd durant les sept premiers mois de 2014.

Les exportations ont assuré la couverture des importations à hauteur de 74%, contre 111% à la même période de l’année précédente. Les exportations d’hydrocarbures, qui ont représenté 94,05% des ventes extérieures du pays, ont été évaluées à 21,559 mds usd contre 37,222 mds usd durant la même période de 2014 (-42,08%).
Pour ce qui concerne les exportations hors hydrocarbures, elles ont été de 1,365 md usd (près de 6% du volume global des exportations), en hausse de près de 7,73%.

Les principaux produits hors hydrocarbures exportés sont constitués notamment du groupe demi-produits avec 1,126 md usd (+13,62%), des biens alimentaires avec 166 millions usd (-13,99%), les produits bruts avec 59 millions usd (-10,61%), des groupes des biens d’équipements industriels avec 8 millions usd (-20%) et des biens de consommations non alimentaires avec 6 millions usd (-14,29%).
Quant aux importations, à l’exception des biens d’équipements agricoles qui ont connu une augmentation, celles des autres groupes de produits ont reculé.

Ainsi, les importations du groupe d’équipements agricoles ont atteint 410 millions usd (+14,53%). Les plus importantes baisses des importations ont concerné les groupes des produits bruts avec 951 millions usd (-19,61%), des énergies et lubrifiants avec 1,37 md usd (-16,51%), les biens de consommation non alimentaires avec 5,175 mds usd (-15,73%) et les produits alimentaires avec 5,748 mds usd (-15,36%).

Les importations des demi-produits ont reculé à 6,989 mds usd (-8,62%) tandis que celles des biens d’équipements industriels ont baissé à 10,322 mds usd (-4,1%). Pour les économistes, le modèle économique de l’Algérie, appuyé sur des recettes provenant à 97 % des hydrocarbures, n’est plus soutenable en ces temps où le baril de pétrole frôle les 40 dollars.

En 2014, le FMI avait prévenu que notre pays, qui lui avait prêté 5 milliards de dollars, pourrait « se retrouver débiteur plus rapidement qu’il ne le prévoit ». D’où l’urgence pour l’Algérie de diversifier son économie en misant sur l’agriculture et la relance de son industrie.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email