-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le cuir, le textile et l’habillement les plus affectés

Le cuir, le textile et l’habillement les plus affectés

Après avoir connu une amélioration durant le dernier trimestre de 2014, l’activité commerciale a reculé au premier trimestre de l’année en cours, notamment dans le commerce de détail, indiquent l’enquête de l’Office national des statistiques (ONS) sur la situation et les perspectives dans le commerce.

L’enquête trimestrielle effectuée auprès de 533 commerçants grossistes et détaillants révèle que la baisse, qui a été ressentie davantage par les détaillants, a touché notamment le commerce des textiles, habillement et cuirs ainsi que la droguerie, la quincaillerie, l’électroménager et la parfumerie et le commerce multiple. Par contre, elle note une stagnation pour le commerce de l’agroalimentaire.

L’enquête, qui a concerné 255 entreprises commerciales publiques et 278 privées, indique que la plupart des commerçants enquêtés se plaignent des longs délais de livraison, de l’éloignement des centres d’approvisionnement et de la lenteur des formalités d’acquisition de marchandises. Près de 83 % des grossistes et plus de 20 % des détaillants relèvent avoir enregistré des ruptures de stocks de produits, notamment pour le commerce des combustibles et lubrifiants, des textiles, habillement et cuirs et des machines et matériels d’équipement.

La majorité des grossistes et près de 30 % des détaillants touchés par cette enquête se sont approvisionnés, durant les trois premiers mois de 2015, auprès du secteur privé uniquement, principalement ceux des textiles, habillement et cuirs, des machines et d’équipement. Par ailleurs, plus de 23 % des grossistes et près de 68 % des détaillants se sont approvisionnés auprès des secteurs public et privé à la fois, notamment ceux de l’agroalimentaire et des combustibles et lubrifiants, soit une situation similaire à celle du trimestre précédent.

Les prix d’acquisition des produits ont été plus élevés, selon plus de 20 % des grossistes et plus de la moitié des détaillants, notamment ceux des textiles, habillement et cuirs et des machines et matériels d’équipement. La majorité des commerçants (grossistes et détaillants) affirment également avoir acheté leurs marchandises en première main.

Le taux de satisfaction des commandes est supérieur à 50 % par rapport aux besoins exprimés, selon près de 60 % des grossistes et 80% des détaillants, notamment ceux de l’agroalimentaire. Par ailleurs, ce taux de satisfaction est inférieur à 50% par près de 42% des grossistes et par plus de 20% des détaillants, essentiellement ceux des textiles, habillement et cuirs, des combustibles et lubrifiants et des matières premières et demi-produits. Les commerçants enquêtés ont jugé que la qualité et le conditionnement du produit commercialisé sur le marché national sont moyens, particulièrement ceux des textiles, habillement et cuirs et à un degré moindre ceux des combustibles et lubrifiants.

Quant à l’état de la trésorerie, il est jugé moyen par près de 25% des grossistes et par 80% des détaillants, note l’enquête qui relève que près de 85% des grossistes et plus de 67% des détaillants ont recouru à des crédits bancaires, tandis que plus de 60% des premiers et près de 20% des seconds ont attesté avoir eu des difficultés à les contracter. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email