-- -- -- / -- -- --
Nationale

LE CROISSANT ROUGE ALGERIEN AU SECOURS DES SANS-ABRI

LE CROISSANT ROUGE ALGERIEN AU SECOURS DES SANS-ABRI

Le ciel gronde souvent ces derniers temps. Pluie, grêle et vents se font de plus en plus présents dans le quotidien hivernal dont souffre beaucoup une tranche de notre société et malheureusement, parfois, certains y succombent car mal abrités, voire sans abri, sans nourriture et même sans vêtements chauds. 

Khalti Fatouma a fait les frais de la rigueur du froid, mais surtout de l’indifférence. C’est justement pour évoquer le sort de ces « marginaux » de la société que Mme Saïda Benhabilès, présidente du Croissant Rouge Algérien, a voulu répondre aux questions du Jeune Indépendant.

Le Jeune Indépendant : « Madame Benhabilès, il y a deux jours, une dame, sans abri, a succombé au froid et peut-être même à la faim. Comment expliquez- vous qu’une dame de son âge soit livrée à elle-même dans les rues d’Alger ? »

Mme Benhabilès : « La distribution de repas chauds et d’aides offertes aux plus démunis et aux sans-abris font partie du quotidien du CRA à travers le territoire national puisqu’il existe des antennes partout à travers le pays. Le CRA a créé des centres d’accueil pour les personnes sans abri tel le centre de Birkhadem à Alger et celui d’Oum El Bouagui à l’Est.

Avant, nous recevions des gens d’un certain âge dépassant les cinquante, soixante ans, aujourd’hui, les sans-abri sont de plus en plus jeunes, voire des enfants en bas âge. L’explication est simple : notre société se détache de ses principes moraux, de sa culture et donc perd la notion de la famille. Avant, les gens disaient avoir la « baraka » quand ils avaient une personne âgée sous leur toit.

Aujourd’hui, les mentalités ont bien changé, quand les enfants se marient, ils préfèrent vivre seuls avec le conjoint et vu le train de vie qui va de plus en plus vite, ils ne prennent pas le temps de s’occuper de leurs aînés ou autres membres de leur famille. Au mieux, ils les conduisent dans les centres d’accueil, au pire, ils les expulsent de la maison familiale pour diverses raisons. »

LJI : « Quels sont les mesures entreprises par le CRA ? »

Mme Benhabilès : « Même si les repas chauds et l’assistance que nous fournissons aux sans-abri et aux familles démunies les aident à faire face au froid tant bien que mal, nous comptons passer à une vitesse supérieure, nous ferons tout pour éradiquer ce phénomène des sociétés dites modernes. D’ailleurs, le mot SDF est un mot importé. Nous avons l’intention de créer une cellule appelée « Les amis du Croissant Rouge Algérien ». Les gens sont de plus en plus nombreux dans la précarité et pire, dans la rue.

Il est vrai que le CRA n’a pas les moyens logistiques suffisants pour pouvoir s’organiser comme il le faudrait afin de prendre ce problème à bras-le-corps, mais nous avons l’intention d’organiser une journée d’étude avec des acteurs politiques, religieux et autres afin d’analyser les choses et entreprendre une solution pour lutter contre ce phénomène qui prend de l’ampleur d’une manière dangereuse et alarmante. 

« Les amis du Croissant Rouge Algérien » sera composé essentiellement de chefs d’entreprises et d’entrepreneurs qui apporteront leur aide afin de nous accompagner dans notre lutte contre la précarité, chose qui nous encouragera à aller de l’avant et à voir plus loin dans notre entreprise. »

LJI : « Nous savons que le CRA compte essentiellement sur les dons que les âmes charitables lui offrent, êtes-vous associés à des organismes ou autres qui vous aident à avancer dans votre entreprise ? »

Mme Benhabilès : « Effectivement, le CRA reçoit des dons sous différentes formes : habits, chaussures et même des sommes d’argent. Je pourrais même vous citer l’exemple d’un Monsieur retraité qui, chaque mois, nous envoie un chèque de deux mille cinq-cent dinars (2 500) Dinars. Une somme qui semble dérisoire, mais contribue à faire tourner le moulin. Nous collaborons avec des associations diverses dans divers combats (Les nécessiteux souffrant de diverses maladies, les SDF, etc.) Ces associations jouent un rôle phare puisqu’elles nous donnent la « température » environnante concernant la précarité et autres fléaux qui rongent notre société.

Il faut savoir également que le Conseil d’administration du CRA est composé de 17 membres élus par l’assemblée générale du CRA représentant sept différents ministères : ministère de la Défense nationale, ministère des Affaires Etrangères, ministère de l’Intérieur, Ministère de la Solidarité nationale, ministère de la Santé et ministère des Affaires sociales.

Aussi, comme nous n’avons pas de statistiques concernant les sans-abri, nous pouvons avoir une idée à travers les actions de celles-ci.
Il faut noter également que le CRA effectue des aides personnalisées aux nécessiteux et ce, en prenant les mesures et pointures de chaque personne. »

LIJ : « Si vous devez ajouter quelque chose à notre entretien que serait-ce ? »

Mme Benhabilès : « Je dirai juste que nous devons agir en tant que citoyens, nous unir et mettre la main dans la main afin de lutter et pouvoir éradiquer ce fléau définitivement de notre société en revenant à notre culture, à nos traditions, à notre conscience… »

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email