-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le cri de détresse du Croissant-Rouge de Ghardaïa

Le cri de détresse du Croissant-Rouge de Ghardaïa

A Ghardaïa, comme partout à travers notre pays, le ramadhan est l’occasion propice aux retrouvailles autour du « f’tour » lors de la rupture du jeûne.

Les Ghardaouis ont, d’ailleurs, beaucoup l’esprit à la fête et les organisateurs de soirées au sein des familles et autres propriétaires de restaurants ou de cafés l’ont bien compris. Durant tout le mois sacré, c’est dans une ambiance très particulière que les citoyens de la vallée du M’Zab associent culture et tradition, fête et sortie.

Dès l’heure de la rupture du jeûne et après l’appel à la prière, tout le monde est à table pour savourer les délicieux repas qui nous font tant envie toute la journée. Mais une fois le ventre bien rempli, les Ghardaouis se ruent vers les mosquées ou dans les foyers culturels, pour des moments de partage jusqu’au bout de la nuit. 

Mais qu’en est-il pour les démunis, les sans-abri (les sub-africains) ou pour les passants qui transitent par Ghardaïa ? Où peuvent-ils goûter à cette « savoureuse harira », alors que cette année, faute de moyens financiers et de subventions de l’Etat, le Croissant-Rouge Algérien de Ghardaïa n’a pas sorti ses marmites pour ce mois du ramadhan. Pourtant, le ramadhan à Ghardaïa, à l’instar d’autres wilayas, est le mois de la générosité par excellence.

Et, être généreux dans cette wilaya ou ailleurs, tout le monde veut le devenir pendant le ramadhan. Même certains gérants de restaurant renoncent à leurs recettes et offrent le repas de rupture du jeûne gratuitement.

Interrogé, le président du Croissant-Rouge Algérien de la wilaya de Ghardaïa, M. Bealhadj Bafouloulou, nous confirme, avec beaucoup de regrets, que la caisse du C.R.A. manque d’argent indispensable à la préparation des repas pour les 500 à 600 nécessiteux recensés par jour. Avant d’ajouter : « En dépit des réunions tenues et des correspondances.

Je ne comprends toujours pas la réticence des autorités locales, qui, comme l’année passée, oublient de nous subventionner depuis deux années consécutives, le moment où cela a toujours été une bonne initiative qui reflète de l’attachement de notre président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, aux valeurs de solidarité et d’entraide ».

Pourtant, depuis toujours, dans notre chaleureuse et généreuse société algérienne, comme dans tous les pays musulmans, les gens se pressent d’offrir le repas aux démunis et aux voyageurs qui n’ont pas le privilège de rompre le jeûne en famille.

Cependant, il y a quelques années déjà, le Croissant-Rouge Algérien à Ghardaïa a pris le flambeau et a commencé à organiser des repas de « F’tour » gratuits.

Ainsi, cette exclusivité du C.R.A. durant des années, donne ainsi plein sens aux valeurs de solidarité et de compassion à l’égard des personnes et des catégories démunies, en les aidant à subvenir à leurs besoins alimentaires durant le ramadhan ; Mois de grâce divine et d’accomplissement des bonnes actions.

Cette grande œuvre humanitaire témoigne donc de la solidarité et de la générosité dont font preuve, depuis toujours, notre Etat et les Algériens en général, s’inspirant des préceptes de l’islam qui incite à la charité et à l’accomplissement d’œuvres de bienfaisance, particulièrement lors de ce mois sacré.

Fort heureusement, les communes comme Berriane, Guerrara et Zelfana ont pu sauver l’honneur, grâce aux dons des citoyens pour servir la « harira » aux quelques pauvres et aux voyageurs de passage. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email