-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le coup d’épée dans l’eau d’Ould Abbès

Le coup d’épée dans l’eau d’Ould Abbès

Le SG du FLN Djamel Ould Abbès se sait-il affaibli par sa confrontation avec les deux super-membres du comité central, le sénateur Benzaim et l’ex-vice-président de l’APN, le député de Annaba Bahaeddine Tliba pour reporter sine die la date du comité central ?

Le sénateur Abdelwahab Benzaim, convoqué pourdemain devant la commission de discipline du FLN, ne comparaîtra finalement pas en raison de l’absence du président de cette structure, Amar El Ouazaani, « pour des raisons de santé », indique un communiqué du bureau politique qui s’est réuni dimanche. La commission de discipline reprendra ses activités au retour de son président actuellement hospitalisé, ajoute cette source.

Le communiqué souligne, à ce propos, que le bureau politique a pris connaissance du travail de la commission de discipline « qui travaille en toute souveraineté et en toute liberté en procédant à l’audition des membres du CC présentés devant elle ». Et d’ajouter qu’il a été décidé « le renvoi des travaux de la commission de discipline jusqu’au retour de son président ». Selon le communiqué, les membres du BP ont pris connaissance des rapports élaborés par les structures locales au niveau de 26 wilayas, s’agissant du bilan du président Bouteflika depuis 1999. Ces rapports feront l’objet d’un document de synthèse qui sera soumis à la prochaine session du CC, dont la date n’est pas encore arrêtée.

A ce jour, sept membres du comité central ont été entendus par la commission de discipline dont l’ancien vice-président de l’APN, le député Bahaedine Tliba. De même que la date de la tenue de la session du comité central ne sera connue qu’après la fin de l’évaluation des réalisations du président Bouteflika (1999-2017).

Selon un membre du BP, celui-ci a tenu à préciser que le parti « décidera ensuite, lors d’une réunion de cette même structure, de la date de la session du CC ». Le SG Djamel Ould Abbès, qui paraissait il y a quelques jours sûr de lui, ira-t-il jusqu’au bout de sa menace de traduire devant la commission de discipline les cadres du parti qui expriment leurs opinions sans l’autorisation de la direction ? « Tous ceux qui transgressent le statut et le règlement intérieur du parti passeront en commission de discipline. Nous avons déjà convoqué sept cadres, le huitième sera entendu demain. On ne pardonnera à personne », avait prévenu Djamel Ould Abbès après avoir annoncé que les prises de position étaient désormais « soumises à une autorisation préalable ».

Après avoir reçu sa convocation, Benzaïm, qui est également membre du comité central du parti, n’a pas mâché ses mots. Il a dénoncé la décision du SG de l’ex-parti unique avant de l’inviter à « se reposer ». D’autres cadres du parti sont montés au créneau pour critiquer la

décision de Djamel Ould Abbès. « Ce sont des mœurs tout à fait inédites au sein du FLN », a déclaré Abdelaziz Ziari, ancien président de l’APN. Poursuivant ses griefs contre Ould Abbès, le sénateur Benzaim soupçonne le SG du FLN d’avoir préparé l’accusation et arrêté aussi le verdict : « Mon exclusion du parti, une décision en violation des statuts du parti. » Le sénateur parle d’une autre violation des statuts : le renvoi sine die de la session ordinaire du CC du parti : « S’il est vraiment certain que les membres du CC adhèrent pleinement à sa démarche, de quoi a-t-il peur ? Il n’a qu’à tenir cette session ; elle est souveraine dans sa décision de le plébisciter ou de lui retirer sa confiance ; c’est cela la démocratie que nous revendiquons et que nous défendons », dit-il, visiblement confiant quant à l’issue du conflit.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email