-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le couffin du ramadhan au centre de l’indignation

Le couffin du ramadhan au centre de l’indignation

Comme à son accoutumée, le couffin du ramadhan crée une grande polémique chez la classe politique mais aussi l’opinion publique.

Mobilisé en grande pompe par l’Etat, chaque ramadhan, au profit des familles nécessiteuses, le panier alimentaire fait l’objet d’un grand débat et d’une vague de critiques chez la société, mais aussi d’un vaste détournement par des opportunistes qui ressurgissent dans chaque opération de livraison des couffins de « grâce » aux familles les plus démunies. Récemment, la présidente du Croissant-Rouge algérien (CRA) Saïda Benhabyles, avait vivement condamné l’opération « couffin du ramadhan » aux familles démunies, car selon elle c’est comme si les Algériens demandaientla charité.

La responsable du CRA est allée plus loin dans sa critique lorsqu’elle a appelé à la suppression du « couffin de la honte » et son remplacement par un chèque de 10 000 DA à partir de ce ramadhan. En effet, le couffin du ramadhan est au centre d’un grand débat ces jours-ci dans le pays. Il y a de quoi vu la grosse enveloppe débloquée par l’Etat pour venir en aide à des centaines de milliers de familles nécessiteuses (600 000 selon le ministère des Affaires religieuses et des Wakfs).

Toutefois il se trouve, comme à chaque ramadhan, des opportunistes, souvent des élus locaux, des membres d’associations, des fonctionnaires et parfois des richissimes qui profitent de ces couffins pour en tirer quelques bénéfices. Ils détournent des milliers de couffins du ramadhan pour les vendre au marché noir.

Fort heureusement, les services de sécurité ont réussi, à chaque mois de jeûne, à mettre la main sur certains de ces opportunistes qui ne manifestent aucune pitié aux familles nécessiteuses. Parfois des réseaux complets sont démantelés, ce qui a permis, souvent, l’arrestation d’élus locaux qui sont dans la plupart des cas derrière ces détournements.

Pour un prix de 3 000 DA, le couffin du ramadhan contient, fait-il le signaler, plusieurs aliments de base : une bonbonne d’huile de table de 5 litres, de la semoule, une boîte de conserve de tomate, etc. A Mascara, plus précisément à Mohammedia (distante du chef-lieu de wilaya de 45 km), suite à des investigations menées par les services de sécurité, près de 600 couffins du ramadhan ont été découverts stockés dans un garage appartenant à un élu de ladite commune.

L’enquête menée par les services de sécurité a permis, également, l’arrestation de plusieurs individus qui se sont formés en réseau dans le but de détourner les couffins du ramadhan. Par ailleurs, plus de 150 000 familles ont été inscrites à Alger pour bénéficier de cette aide, rapporte une source proche de la wilaya qui indique, aussi, que la seule commune de Bab El Oued a inscrit quelque 3000 familles nécessiteuses ouvrant droit à un couffin de jeûne. Cette APC a pensé, pour cette année, à verser une aide financière de 5000 DA pour chaque famille nécessiteuse. 

Que pensent les Algériens du couffin du ramadhan ?

Les Algériens sont divisés entre optimisme et pessimisme concernant la question du couffin du ramadhan. Il y a ceux qui voient en la décision de l’Etat d’aider des familles nécessiteuses sous forme de couffins contenant des denrées alimentaires une bonne initiative.

D’autres, en revanche, pensent que c’est inacceptable de livrer des couffins aux nécessiteux, mais de leur remettre plutôt de l’argent, car c’est plus digne. « Moi, je préfère que l’Etat vienne en aide aux familles nécessiteuses avec de l’argent au lieu du couffin. Le fait de recevoir cet argent va éviter de faire le pied de grue devant le siège de l’APC pour avoir le couffin contenant des denrées alimentaires. En plus, cette nouvelle formule est meilleure pour la dignité des familles », explique Mohamed, un cadre à Sonatrach.

« Le couffin du ramadhan, c’est une bonne chose », rétorque un sexagénaire qui faisait les courses au marché communal d’El Biar. Son avis n’a, par contre, pas été partagé par une dame. « Au lieu de donner un couffin il faut verser de l’argent », martèle-t-elle. D’autres pensent que les couffins doivent être livrés aux mosquées et c’est là que la distribution aux familles nécessiteuses devrait se faire. En revanche, certains disent que la distribution des couffins doit être faite plutôt par les associations.

« Le couffin du ramadhan profite aux riches mais pas aux pauvres », explique Hocine, fonctionnaire à l’APC d’Alger-centre. Pour Fatima, une jeune fille d’une trentaine d’années, il est désolant de parler, à chaque ramadhan, du couffin destiné aux familles pauvres, car cela a favorisé l’émergence d’un nouveau « trafic » qui ne dit pas son nom.

Elle déclare : « Le couffin du ramadhan est destiné spécialement aux familles les plus démunies, celles qui n’ont pas de revenu, mais en revanche il y a de nombreux opportunistes qui ont saisi l’occasion pour tirer leurs ficelles et passer trente jours de ramadhan sans dépenser un sou. C’est malheureux qu’on assiste à ce genre de situation, surtout en ce mois sacré, pourtant réputé de clémence envers les nécessiteux ». 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email