-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le Conseil fédéral de sécurité : Le OK de Berlin pour armer Alger

Le Conseil fédéral de sécurité : Le OK de Berlin pour armer Alger

Le conseil fédéral allemand de la sécurité a donné son accord pour de nouvelles livraisons d’armes à l’Algérie, devenue depuis 2013 un important client de l’industrie militaire germanique. C’est ce qu’ont indiqué des membres du Conseil cités par des medias locaux.

Le Conseil fédéral de sécurité s’est réuni pour examiner les contrats et les accords d’armements conclus entre Berlin et six pays arabes à savoir ; l’Algérie, l’Arabie saoudite, l’Egypte, les Emirats arabes Unis, le Qatar et Oman.

Le conseil a transmis au ministère de la défense allemande son approbation en vue d’exécuter les contrats et accords de livraison conclus avec l’Algérie.

Ces accords sont à chaque fois soumis à un examen du conseil de sécurité fédéral qui doit confirmer que ces armes sont destinées aux besoins défensifs.

Récemment, l’Algérie et l’Allemagne ont conclu un contrat de vente d’armes pour un montant de 2,7 milliards d’euros. Les sociétés d’armements Rheinmetall de Düsseldorf, Daimler et Thyssen-Krupp doivent livrer 980 véhicules blindés de type Fuchs ainsi que des SUV et des camions. En 2013, l’Algérie était classée première destination des armements allemands hors OTAN. Selon un rapport gouvernemental allemand, l’Algérie était le plus grand marché de vente d’armes pour l’Allemagne en 2013.

D’un montant de 10 milliards d’euros, un accord militaire algéro-allemand, étalé sur dix ans, prévoit l’acquisition de divers engins et la construction en Algérie d’une usine de blindés. Une usine pour la fabrication de ces véhicules sera construite à Aïn Smara, dans la wilaya de Constantine.

En contrepartie, l’Algérie s’est engagée à ne pas revendre les véhicules à d’autres pays. L’accord en question est en exécution depuis 2011, et les équipements achetés sont, pour une grande partie, déjà en Algérie. Il est important de rappeler que la signature de ce contrat est le résultat de négociations entre l’Algérie et l’Allemagne ayant duré plus de trois ans. Les autorisations d’exportation étaient déjà acquises vers l’été 2011.

Dans l’accord, le groupe Daimler devait livrer à l’armée algérienne des camions et des véhicules tout-terrain. Au mois de mars 2011, le même groupe avait signé avec l’Algérie et le fonds émirati Aabar un accord de partenariat pour la création d’une société mixte de production de véhicules industriels. Et le premier camion made in Algeria, sous la marque Mercedes-Benz est sorti le 30 avril 2014, des chaînes d’assemblage de l’usine de la Société nationale des véhicules industriels (SNVI) de Rouiba.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email