Le Congo International Energy Summit and Exhibition 2022 en juin prochain – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Energies

Le Congo International Energy Summit and Exhibition 2022 en juin prochain

Le Congo International Energy Summit and Exhibition 2022 en juin prochain

Le Congo International Energy Summit and Exhibition 2022, le premier du genre, organisé par Energy Capital & Power, se tiendra du 15 au juin 2022 à Brazzaville,  et sera dédié à la transition énergétique notamment l’énergie verte, ont annoncé ce mardi 18 janvier les organisateurs dans un communiqué .

Organisé sous le le patronage du président Denis Sassou Nguesso, ce rendez-vous énergétique « offrira une vue d’ensemble de la transition énergétique dans un monde post-Covid-19 de l’un des marchés les plus matures d’Afrique, tout en ouvrant des discussions plus larges sur le rôle que les acteurs régionaux et internationaux peuvent jouer dans le développement du marché gazier africain en promouvant les investissements dans le secteur », a indiqué le texte transmis au Jeune Indépendant.

Le sommet servira à mettre en valeur les industries pétrolière, gazière et de l’électricité du Congo, troisième producteur d’Afrique subsaharienne, grâce à un afflux d’investissements directs étrangers et à un renforcement des relations diplomatiques régionales autour de la question de l’énergie.
« Alors que les investisseurs mondiaux se tournent vers les investissements dans l’énergie verte, le continent africain entreprend une campagne ambitieuse pour exploiter et monétiser ses vastes réserves de gaz naturel, avec des pays riches en gaz », ont souligné les organisateurs

L’événement servira de cadre pour des opportunités de partenariat et d’investissement dans l’exploration des hydrocarbures, la monétisation du gaz, l’énergie verte et les industries downstream à travers le continent, en mettant l’accent sur la République du Congo en tant que destination clé pour les investissements dans le secteur du pétrole, du gaz et de l’électricité, selon les mêmes sources.

Avec des réserves estimées à 2,9 milliards de barils et une production de 336 000 barils par jour (bpj) – la République du Congo bénéficie de la participation active de certaines des plus grandes sociétés pétrolières et gazières du monde.
Les opérateurs notables dans le pays incluent TotalEnergies E&P, reconnu comme le plus grand producteur du pays avec une production estimée à 200 000 b/j. Avec des participations dans quatre champs offshore – dont Moho-Bilondo ; Nkossa/Nsoko ; Sendji ; et Yanga – la société est un contributeur clé au succès des hydrocarbures du pays.

De plus, l’acteur multinational italien Eni est actif dans le pays depuis 1968 dans les secteurs de l’exploration et de la production, du raffinage, de la commercialisation et de la chimie. La société produit dans plus de dix champs pétroliers dont Nené Marine et Litchendjili – 140 000 b/j -, Ikalou, Awa Paloukou, M’Boundi et Kouakouala, pour n’en citer que quelques-uns. Parallèlement, Perenco, l’un des derniers opérateurs à entrer sur le marché, exploite les champs de Yombo, Masseko, Likoula, Emeraude et PGNF Sud, produisant en moyenne 75 000 b/j. Parmi les autres sociétés pétrolières internationales à l’origine de l’expansion énergétique du Congo, citons Chevron Overseas Congo Ltd – avec des intérêts d’exploitation dans la zone d’unitisation de Lianzi et les champs offshore de Nkossa, Nsoo et Moho-Bilondo, produisant une moyenne de 49 000 b/j.

Le gouvernement congolais a mis en œuvre plusieurs réformes visant à attirer les investissements dans le secteur upstream et à consolider son statut de troisième producteur de pétrole d’Afrique subsaharienne. La compagnie pétrolière nationale SNPC a été à l’avant-garde de l’établissement de nouveaux cadres réglementaires qui atténuent les insuffisances organisationnelles et de performance – en investissant massivement dans des projets d’infrastructure qui améliorent les capacités d’E&P.Leader des activités upstream dans les champs de Kundji et de Tilapia, la SNPC a foré cinq puits d’appréciation en 2021, en vue d’augmenter la production de 30 000 b/j. Parallèlement, la multinationale italienne Eni mettra en service 12 nouveaux puits en 2022 dans la phase 2A de son développement du champ offshore de Nené – augmentant la production de 26 000 b/j – tout en menant des activités d’exploration qui inclut la construction d’une plate-forme supplémentaire et le forage de sept nouveaux puits.

En plus de l’exploration upstream, le continent africain entreprend une campagne ambitieuse pour monétiser ses vastes ressources en gaz naturel, en répondant à l’approvisionnement national en gaz pour atteindre les objectifs d’électrification de l’Afrique tout en répondant aux demandes mondiales de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Il est important d’exploiter le gaz naturel de l’Afrique et de répondre à l’approvisionnement national en gaz pour l’électrification du pays et pour soutenir l’industrialisation sur l’ensemble du continent. En novembre dernier, la République du Congo a inauguré son Gas Master Plan lors de la Semaine africaine de l’énergie 2021 au Cap, établissant un cadre pour promouvoir l’exploitation et le développement des 284 milliards de pieds cubes de réserves de gaz du pays.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email