Le conflit MCA/SSPA – CSA perdure  – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --
Sports

Le conflit MCA/SSPA – CSA perdure 

Le conflit MCA/SSPA – CSA perdure 

Toujours face à ses problèmes avec la SSPA/CSA, le MCA se retrouve dans une position délicate où il pourrait être dans l’obligation de décréter le forfait général en cas règlement avant le début de la troisième journée de Ligue 1 (rien à voir avec le CSA), d’autant que lors des précédentes étapes, les mouloudéens, en hand comme en basket, ne sont pas descendus sur le terrain en autant de reprises.

Depuis quelques semaines, le MC AlgerMC Alger Le Mouloudia Club d'Alger plus couramment abrégé en Mouloudia d'Alger ou encore MCA, est un club omnisport algérien fondé le 7 août 1921 et basé à Alger. Le Mouloudia Club d'Alger est la seule équipe algérienne qui a réussi à gagner le triplé en 1976 et en remportant le premier trophée continental. est dans une situation délicate et ce après un courrier reçu de la Ligue de Football Professionnel (LFP) et rédigé sous forme d’ultimatum, le but étant de pousser fermement le club à signer l’engagement pour la saison 2023/2024. Une exigence assortie d’une date limite, devant prendre fin avant le début de la troisième journée de Ligue 1 stipulant qu’en cas de non-respect de cette condition, le club risquait une suspension.

Cette pression de la LFP mettait le MC Alger dans une position délicate, l’obligeant à agir rapidement pour éviter de graves conséquences. En effet, pour cause de problèmes non réglés lors des dernières réunions entre le MCA/SSPA et le club amateur (CSA présidé par Messaoud Tourki), les sanctions n’ont pas tardé. En plus, l’accord entre les deux parties n’est pas très envisageable, chaque camp restant très ferme sur ses exigences, ce qui rend la situation un peu plus complexe, un terrain d’entente s’éloignant à chaque fois.

Cependant, à cause (ou grâce !) aux ultimatums de la Ligue de Football Professionnel, la situation devait se décanter, dans de bref délai sans rien voir venir même si le club « Vert et Rouge » n’était pas à l’abri de lourdes conséquences. Effectivement, le « Doyen » et sa réserve, qui risquaient notamment de perdre les rencontres du début de saison sur tapis vert, ce qui ne ferait pas les affaires du coach Patrice Beaumelle et ses joueurs qui comptent continuer sur leur lancée pour espérer réussir à répondre aux attentes en atteignant les objectifs fixés avant le début de l’exercice 2023-2024, sont toujours en stand-by.

L’Email reçu avait, en effet, tout pour inquiéter le club algérois et pas que ! Le délai ayant déjà expiré pour un board sous pression après avoir bénéficié d’un report de deux journées, le Mouloudia est maintenant tenu de se conformer aux règlements, et se retrouve toujours engagé dans une course contre la montre, la défunte la LFP de Medouar, et maintenant le comité de crise, ne peut pas et ne veut pas maintenir cette situation inchangée pour une période prolongée. Par conséquent, le MCA est tenu de répondre à la correspondance de la Lfp avec une approche idoine, en présentant une solution pour résoudre définitivement la question de la convention.

Le club de la Casbah doit agir pour éviter les conséquences, perçues comme scandaleuses surtout pour ses supporters qui se montrent déjà très impatients… la direction de Hadj Redjem sommée de négocier et se mettre d’accord sur le montant de la prime que la SSPA doit verser au CSA.

Une option qui nécessite des discussions et des compromis pour trouver un terrain d’entente satisfaisant pour les deux parties, ce qui n’est pas gagné d’avance… En outre, l’alternative serait de transférer la gestion de toutes les autres sections sportives sous le contrôle du Groupe pétrolier Sonatrach. Cela pourrait simplifier la structure organisationnelle et signifierait également la fin de l’implication du CSA (un retour en arrière) dans ces sections. Une décision qui peut avoir des implications importantes pour toutes les parties concernées et nécessiterait une réflexion approfondie sur les avantages et les inconvénients de cette action.

Étant donné que plus de la moitié des athlètes des différentes sélections nationales, qu’il s’agisse de diverses disciplines ou catégories, sont affiliés à un club qui est confronté à la possibilité de ne pas participer à la saison en cours se terminer avant terme en raison de contraintes financières. Ce qui pourrait compromettre non seulement la discipline et les carrières de ses 2 300 athlètes.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile ?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email