-- -- -- / -- -- --
Sports

Le compte à rebours a commencé

Le compte à rebours  a commencé

Après plus d’un mois de préparation, les clubs de la Ligue 1 entament la dernière ligne droite avant le coup d’envoi officiel de la nouvelle saison, qui débutera jeudi prochain avec le premier derby de l’Algérois. Celui-ci mettra aux prises le MCA avec le CRB au stade mythique du 5-Juillet qui ouvrira ses portes pour la circonstance après avoir fait sa mue. En prévision de cette nouvelle édition, toutes les formations se contenteront de procéder aux derniers réglages pour une entrée des classes positive.

Avis partagés sur la préparation D’intersaison

Dans le souci d’aborder le nouvel exercice avec de meilleures intentions, les équipes de Ligue 1 ont effectué, un mois durant, une préparation à l’étranger à l’exception de certaines formations dont l’USMH, l’ASMO et le promu, le RCR. 

Ces derniers se sont contentés de travailler sur le sol algérien dans des centres qui offrent toutes les commodités pour une meilleure préparation. Par contre, ceux qui ont choisi de faire leur stage à l’étranger pensent que c’est là la solution idoine pour atteindre leurs objectifs et leurs ambitions pour la nouvelle saison.

D’ailleurs, ces formations, qui ont bouclé leur stage une semaine avant la nouvelle aventure en Ligue 1, devaient faire un bilan sur la préparation d’intersaison. Il semblerait que les avis soient partagés d‘un club à un autre et soient dictés par le statut et la notoriété qu’ils occupent sur la scène nationale ainsi que par les moyens financiers dont ils disposent, et ce bien qu’ils ne cessent de crier sur tous les toits qu’ils souffrent de l’absence du nerf de la guerre (un sujet ressassé dans les médias à chaque exercice).

La décision de la FAF d’interdire le recrutement de joueurs étrangers verse justement dans ce sens. Pis encore l’aide octroyée récemment par la LFP à certaines formations jette un pavé dans la mare. Les équipes comme le MCA, la JSK, le CSC, outre l’USMA et l’ESS qui sont concentrés sur la Champions League africaine, sont toujours annoncées comme de potentiels candidats pour le sacre.

Elles affirment être à 100 % de leurs moyens rappelant que les objectifs ont été atteints durant les deux stages effectués pendant l’intersaison. Cette sortie médiatique devenue récurrente, avant le début de la compétition, vise essentiellement à jeter de la poudre aux yeux aux supporters et dirigeants pour gagner leur confiance.

A contrario, les outsiders évitent de faire des déclarations démesurées et veulent laisser place au terrain, qui reste le facteur juge du travail effectué pendant la préparation d’avant-saison. Enfin, il y a la catégorie qui ne veut pas enflammer ses supporters, avançant des appréhensions sur l’état de forme de leurs joueurs n’ayant pas atteint tous leurs moyens physiques. Cette dernière justement, au terme de la compétition, arrive à bousculer la hiérarchie. Les exemples de la JSS, du MOB et du RCA sont assez révélateurs.

Le mercato estival : recrutement tous azimuts

Une fois la saison entamée, toutes les équipes procèdent à leur mue par l’opération de recrutement et le dégraissement de l’effectif. Une action rituelle chez les clubs de Ligue 1 en particulier. Une fois encore, les équipes qui, pourtant, ne possèdent pas les moyens de leur politique continuent à faire un recrutement tous azimuts et retombent dans les mêmes erreurs du passé, à l’image de la JSK et du MCA, pour ne citer que ces deux grandes écuries de l’élite qui libèrent plus de dix joueurs et en recrutent autant ou plus.

La saison cauchemardesque vécue par ces deux formations durant l’édition écoulée reste en mémoire à cause de cette politique approximative et irréfléchie, alors que l’on fait toujours croire à l’opinion sportive que l’opération est menée par une commission avisée. L’exemple du joueur Benmelouka de la JSK, qui a vu son contrat résilié, vient mettre à nu cette gestion farfelue.

Cette stratégie est suivie par la majorité des formations, tous paliers confondus, à l’exception de l’USMA qui, pourtant très aisée sur le plan financier n’a pas fait de folie en matière de transfert. La direction n’a, en effet recruté que 4 éléments, deux en défense et deux en attaque avec le retour après un prêt du gardien Mansouri.

Une politique instaurée par l’ex-coach usmiste et actuel entraîneur de Montpellier Rolland Courbis qui, lors de son passage à la barre technique, n’a effectué aucun le club est recrutement ainsi privilégiant la stabilité couronné par le titre de champion d’Algérie (2013/2014) et leader de la poule B en LDC avec la même composante. Un exemple à suivre qui nous laisse supposer que le club phare de Soustara est sur la voie du professionnalisme. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email