Le complexe sidérurgique d'El Hadjar croule sous les dettes – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Energies

Le complexe sidérurgique d’El Hadjar croule sous les dettes

Le complexe sidérurgique d’El Hadjar croule sous les dettes

Jeudi dernier, les 5 600 sidérurgistes ont manifesté intra muros devant le siège de la direction générale du Groupe Sider pour protester contre la décision de Sonelgaz de bloquer le compte bancaire du complexe sidérurgique d’El-Hadjar pour «défaut de paiement des factures d’électricité».

Le montant des factures est estimé à environ 200 milliards de centimes. Pour rappel, Sonelgaz avait dépêché, mercredi dernier, un huissier de justice muni de documents judiciaires afin de procéder à la fermeture du compte bancaire domicilié à la BEA (Banque extérieure d’Algérie).

Au cours de la manifestation de jeudi dernier, des centaines de travailleurs d’El-Hadjar ont dénoncé «le geste fâcheux de Sonelgaz», sachant que le complexe sidérurgique d’El-Hadjar est toujours solvable. De plus, les sidérurgistes sont en colère contre Sonelgaz parce que le blocage du compte bancaire intervient à quelques jours du paiement des salaires. Pour sa part, le PDG du complexe sidérurgique d’El-Hadjar, Lotfi Menaa, a tenu à assurer aux travailleurs que le ministère de l’Industrie et des Mines a été saisi et que le dégel du compte bancaire sera effectué prochainement après discussion entre les deux parties, Sider El-Hadjar et les représentants de Sonelgaz.

On parle déjà de paiement par tranche sur la base d’un calendrier. Les créances de Sonelgaz sur Sider El-Hadjar représentent 4% du montant global des dettes occasionnées par le complexe sidérurgique. Par ailleurs, Sider El-Hadjar reste toujours endetté envers la SNTF, la SNTR et l’EPEA pour différentes prestations de service.

Des montants considérables que le géant de la sidérurgie algérienne pourrait honorer au vu de son plan de charge comportant des dizaines d’exportation à travers le monde. «Nous avons un plan de charge pour plusieurs millions de dollars. Les dettes que nous avons contractées sont en dinars et nos recettes sont en devise. Bientôt, nous allons effacer toutes nos dettes», a déclaré au Jeune Indépendant un cadre du Groupe Sider.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email