-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le complexe d’El Hadjar saigné par les vols

Le complexe d’El Hadjar saigné par les vols

Encore une fois, le complexe sidérurgique d’El-Hadjar a fait l’objet, hier, d’un vol touchant les installations industrielles du haut-fourneau n°2 (HF2). 

10 disjoncteurs industriels, 8 cartes spécifiques de marque Siemens et un module de communication ont été subtilisés, provoquant ainsi une double inertie au haut fourneau déjà à l’arrêt depuis des mois.

Il y a à peine deux mois, le complexe sidérurgique d’El-Hadjar avait enregistré un vol spectaculaire de 3000 mètres de câble électrique de haute tension relié à toutes les installations sidérurgiques de l’usine d’El-Hadjar. Le ou les auteurs de ces vols n’ont pas encore identifiés par la gendarmerie qui a ouvert des enquêtes. Le complexe ne dispose pas de caméra de surveillance dans les lieux des vols.

Selon de nombreux sidérurgistes interrogés par le Jeune Indépendant il s’agit d’actes de sabotage. « Ces vols sont de nature à paralyser le fonctionnement du complexe sidérurgique d’El-Hadjar », ont indiqué des syndicalistes qui s’interrogent sur les motifs réels de cette série de vols.
« Qui a intérêt de voler des disjoncteurs industriels et des cartes électroniques qui sont invendables sur les marchés connus, » lança un ingénieur membre du syndicat.

« A moins, répondent ces interlocuteurs, que le lot de ces vols est destiné pour y être écoulé à l’étranger, via la Tunisie, car s’agissant de produits achetés en devise et qui sont très chers à l’étranger ». 
Il faut signaler que la sécurité du complexe sidérurgique d’El-Hadjar est assuré par la SGS, une filiale de gardiennage du groupe Sider, dont le personnel est recruté sans aucune formation professionnelle et aussi fortement issue de la population locale avoisinante de l’usine de l’acier. Plusieurs fois, les agents de gardiennage de la SGS ont été victimes d’agressions nocturnes de la part d’inconnus ayant réussis à pénétrer à l’intérieur du complexe sidérurgique.

La dernière visite du ministre de l’Industrie, Ferhat Ait Ali Braham, a été, selon des syndicalistes, a servi de prospection sur le devenir du complexe sidérurgique d’El-Hadjar. « Le ministre semble tout connaitre des dysfonctionnements de l’usine d’El-Hadjar, on sait une chose pour le moment, c’est que l’Etat va agir dans peu de temps et les choses vont changer au niveau du complexe sidérurgique », a ajouté un autre syndicaliste. 

Pour le moment, devant le peu d’efficacité des agents SGS pour sécuriser l’usine sidérurgique, les services de la gendarmerie nationale de Sidi Amar sont sur le qui-vive. Nuit et jour les hommes en treillis vert font la ronde autour du complexe sidérurgique en attendant la mise en place d’une sécurité efficace dotée de caméras. 

Le complexe sidérurgique d’El-Hadjar emploie actuellement 6100 personnes. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email