-- -- -- / -- -- --
Culture

Le comédien “Aami Bachir” tire sa révérence

Le comédien “Aami Bachir” tire sa révérence

Le comédien Bachir Benmohamed, plus connu sous le nom d’Ami Bachir est décédé ce lundi à son domicile, à la cité Filali à Constantine après avoir vainement lutté durant près de cinq longues années contre la maladie.
A 80 ans, il faisait presque tout le temps preuve de dérision envers toutes les situations malgré la maladie, bien qu’il souffrait en silence en raison notamment، disait-il, des conditions pénibles vécues par les comédiens et les artistes de manière générale.

Avant d’entamer une carrière de comédien, aami Bachir était infirmier, fonction qu’il ne quittera d’ailleurs qu’à l’âge de la retraite. Il était l’une des figures les plus drôles de son groupe et maitrisait à merveille la tragi-comédie, que ce soit sur les planches du théâtre ou bien derrière les caméras, où il a été révélé au public algérien dans des séries télévisées telles que Mani mani, Aassab oua awtar, Rih tour ou encore Nass m’leh city du réalisateur Djaafar Kacem.

Il avait débuté son long parcours artistique dans les années 1960 comme clown dans des émissions musicales de danse, diffusées au lendemain de l’indépendance par la télévision algérienne, la RTA, avant de rallier l’équipe du théâtre régional de la capitale de l’Est, à l’origine de l’âge d’or du sixième art constantinois. Un art où figurait de grands noms, à l’image de Antar Hallel, Allaoua Zermani ou encore le défunt Abdelhamid Hebbati dans d’inoubliables pièces théâtrales, telles que Hadha ydjib hadha.

Ami Bachir participera aussi dans plusieurs réalisations produites par la station régionale de Constantine, sous la houlette des réalisateurs Ali Aissaoui, Mohamed Hazourli ou encore Aziz Choulah.
Il a été enterré dans l’après-midi au cimetière de Constantine, en présence d’une foule nombreuse. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email