-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le CNLTD critique et le MSP veut juger sur pièces

Le CNLTD critique et le MSP veut juger sur pièces

Le FFS, qui poursuit ses consultations informelles avec les partis politiques en vue de la tenue de la conférence nationale de consensus, a été reçu successivement jeudi dernier par le MSP et par Mouloud Hamrouche, ex-Chef de gouvernement sous Chadli Bendjedid.

La délégation du FFS, composée de Chérifi Mohand Amokrane, Ali Laskri, Saïda Ichalamene, membres de l’Instance présidentielle, de Mohamed Nebbou, premier secrétaire et de Mme Nadia Ihaddadene, s’est déplacée jeudi dernier, dans la matinée, au siège du MSP où elle a rencontré les responsables de cette formation.

Le premier secrétaire du FFS, Mohamed Nebbou, a expliqué les raisons de cette rencontre, avant de donner la parole à Chérifi Mohand Amokrane qui a présenté aux cadres du MSP la démarche du FFS pour l’organisation d’une conférence nationale sur le consensus. De son côté, Abderrezak Mokri a tenu à souligner que son parti « converge sur les idées, mais chacun va avec sa démarche ». Pour le leader du MSP, si le FFS « convainc le vrai pouvoir, son parti, (il) viendra à la conférence nationale de consensus ».

Dans un compte-rendu de sa rencontre avec une délégation du FFS, le MSP considère que l’initiative du FFS « n’a pas apporté du nouveau par rapport aux démarches entreprises par l’opposition au sein de la Coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique (CNLTD) et aussi à travers l’instance de concertation et de suivi », dont le MSP fait partie.

Le parti de Mokri a insisté, à l’occasion de cette rencontre, sur son attachement au « principe de l’unité de l’opposition » et à « la poursuite de (sa) lutte au sein des instances collectives mises en place par la CNLTD ».

Le parti a estimé que le problème ne résidait pas dans l’opposition qui, selon lui, « a atteint un niveau de maturité et de disponibilité appréciable pour servir le pays, à travers la plateforme proposée lors de la conférence de Zéralda ».

Le MSP a estimé, enfin, que la démarche du FFS « doit plutôt être orientée vers le pouvoir en place, en ce sens qu’il est la partie qui continue à rejeter le véritable consensus et une prise en charge sérieuse des revendications de l’opposition. La rencontre avec Mouloud Hamrouche fut beaucoup plus cordiale que les précédentes.

L’ancien chef de gouvernement partage presque les mêmes idées que le FFS. Lui aussi rejette l’idée d’une transition, mais insiste sur le rôle de l’Armée pour parrainer le dialogue politique. Réunis jeudi soir au siège d’Ennahda, les membres de la CNLTD ont très sévèrement critiqué la démarche conduite par le FFS, sans le nommer.

Ils considèrent que le pouvoir en place, « après l’échec de ses prétendues consultations autour de la Constitution, dont les résultats, du reste, ne sont pas connus à ce jour, tente à travers des chemins détournés d’entraîner la classe politique dans de nouvelles consultations aussi vaines qui ont commencé récemment ». Devant cette situation, indique un communiqué sanctionnant les travaux de cette réunion, la CNLTD « met en garde la classe politique contre ces manœuvres et l’exhorte à préserver le capital militant qu’elle a acquis lors de la conférence de Mazafran ».

Ont assisté à cette réunion convoquée en urgence, Mohcine Belabbas, président du RCD, Mohamed Dhouibi, secrétaire général d’Ennahda, Abderrezak Mokri, président du MSP, Sofiane Djilali, président de Jil Jadid, Ammar Khebaïa, représentant le PJD et, enfin, Amed Benbitour, ancien chef de gouvernement.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email