-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le Cnapeste de Béjaïa exprime son dépit

Le Cnapeste de Béjaïa exprime son dépit

Le Cnapeste de Béjaïa semble plus que jamais déçu par rapport à « la lenteur et au peu d’empressement » dans la prise en charge, par la direction de l’éducation, de ses revendications. Les termes de la déclaration ayant sanctionné la deuxième réunion de sa session du conseil de wilaya en est la parfaite illustration.

« Le Cnapeste de Béjaïa a montré sa disponibilité mais sans retour d’écho de la part de l’administration », lit-on dans sa déclaration. Et d’ajouter : « Concernant notre participation au déroulement du mouvement, il ne s’agit pas d’un blanc-seing. Le Cnapeste de Béjaïa n’est pas dupe. La série de rencontres qui a eu lieu avec la direction de l’éducation ne peut être assimilée à un dialogue fructueux du moment que les problèmes demeurent non résolus à ce jour. » Il poursuit : « Le syndicat fait porter la responsabilité des mécontentements qui peuvent surgir à la rentrée scolaire et sociale 2017/2018 à la direction de l’éducation et aux pouvoirs publics à tous les niveaux. »

A ce sujet, le syndicat se dit « soucieux des conditions de la rentrée scolaire prochaine. Le Cnapeste de Béjaïa dénonce le laxisme des responsables à tous les niveaux, l’absence d’une véritable prise en charge et une bonne préparation pour assurer une année scolaire 2017/2018 avec l’essentiel des conditions requises ». Auparavant, le syndicat a dénoncé « le statu quo qui caractérise le règlement des doléances soulevées depuis des années ».

Il cite « les situations antérieures en instance, les situations administratives et financières, le dossier du logement, le siège de la médecine du travail, les conflits individuels et collectifs, les problèmes relatifs à la formation et la revalorisation du plan de carrière, les problèmes liés aux promotions de grade et d’échelon, etc. »

Il réaffirme son exigence « de transparence, d’équité et de probité dans la gestion de la carrière professionnelle des enseignantes et des enseignants ». Ceci avant de relever « des lenteurs ainsi que le non-respect des engagements cosignés dans des procès-verbaux de réunion », ce qui justifie, aux yeux des rédacteurs du document, « le jugement sans appel du Cnapeste concernant la mauvaise gestion en cours dans certains services de la direction de l’éducation ».

A titre illustratif d’ailleurs, il est fait état aussi du manque d’encadrement administratif et pédagogique ainsi que du personnel d’accompagnement dans plusieurs établissements des trois paliers, de la vétusté et de la dégradation des infrastructures : (technicum Ihaddaden (Béjaïa), lycée Mohand-Améziane (Barbacha), lycée Debbih-Chérif (Akbou), lycée Chabane-Amar (Aokas), CEM Arezki-Boudjemaâ (Adekar), etc. Le syndicat n’a pas manqué de réitérer son « attachement aux revendications de l’Intersyndicale », à savoir « le droit à la retraite anticipée et proportionnelle, l’association des syndicats réellement représentatifs dans l’élaboration du nouveau code du travail, la mise en place d’un observatoire national pour la revalorisation du pouvoir d’achat ».

Il appelle ainsi à « l’élargissement et à la consolidation de l’Intersyndicale autonome ». Il s’insurge enfin « contre les mesures arbitraires, discriminatoires et coercitives ayant touché dernièrement des enseignants et des enseignantes, parfois pour des motifs extraprofessionnels, comme c’est le cas du professeur du CEM Sidi-Ali d’Akbou ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email