-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le Cnapeste boycotte les examens du deuxième trimestre

Le Cnapeste boycotte les examens du deuxième trimestre

Le Conseil national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique (Cnapeste) durcit le ton et appelle les enseignants à boycotter les examens du 2e trimestre, qui devaient débuter cette semaine.

« Les enseignants des trois paliers scolaires sont en grève illimitée, donc les examens n’auront pas lieu », a affirmé le chargé de communication du Cnapeste, Messaoud Boudiba, contacté ce lundi 26 février par téléphone. Celui-ci impute la responsabilité d’une éventuelle année blanche à la tutelle qui, selon lui, « n’a pas la volonté de résoudre le problème du secteur de l’éducation nationale ». Il ajoute que son syndicat mettra fin à la grève une fois que les revendications légitimes des enseignants seront satisfaites. « Tant que les revendications des professeurs de l’enseignement secondaire et technique ne seront pas prises en charge par la tutelle, le mot d’ordre de grève illimitée sera toujours maintenu », a martelé M. Boudiba. Devant le non-dénouement de sa situation, le Cnapeste demande l’intervention du président de la République afin qu’il trouve des solutions « concrètes » aux préoccupations des enseignants des trois paliers scolaires.

L’intersyndicale de l’éducation se solidarise avec les enseignants radiés

L’Intersyndicale de l’éducation nationale a exprimé hier son soutien avec les enseignants radiés et redoutent une situation de pourrissement « qui pénaliserait toute la communauté éducative ». Un mouvement de grève, dont la date sera définie lors de la prochaine réunion de l’Intersyndicale, est prévu, a indiqué la formation syndicale dans un communiqué rendu public hier. Les cinq syndicats qui forment l’Intersyndicale appellent, à cet effet, la ministre de l’Education nationale à arrêter « immédiatement » les décisions de radiation à l’encontre des enseignants grévistes. Ils considèrent que ces décisions « sont illégales ». L’Intersyndicale de l’éducation a appelé « les enseignants à se mobiliser, à unifier leurs rangs et à poursuivre la lutte syndicale afin de protéger leurs acquis et de faire valoir leurs doléances ». La coalition syndicale a par ailleurs réitéré son attachement à sa plate-forme de revendications. Elle exige « l’amendement du décret exécutif 12/240 portant statut particulier des personnels de l’éducation nationale, l’adoption d’un régime indemnitaire incitatif ainsi que la révision de la grille salariale en fonction de l’inflation ». Les syndicats de l’éducation demandent également la révision de la loi fondamentale du secteur de l’éducation, ainsi que l’attachement aux revendications soulevées dans le cadre de l’Intersyndicale de la fonction publique. Ils réclament aussi « l’application immédiate de la décision présidentielle concernant la revalorisation des diplômes DEUA et licence, la création d’un nombre suffisant de postes pour tous les grades, l’augmentation de la rémunération des heures supplémentaires et l’amélioration de la situation socioprofessionnelle des corps communs et ouvrier professionnels en procédant à l’annulation de l’article 87 bis ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email