-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le Cnapest durcit le ton, parents et élèves angoissés

Le Cnapest durcit le ton, parents et élèves angoissés

Le Conseil national autonome des professeurs de l’enseignant secondaire et technique (Cnapest) a observé hier un rassemblement devant le siège de la direction de l’éducation. Un rassemblement qui s’est transformée en une marche à travers les rues de la ville de Béjaïa.

Les enseignants ont marché vers la cour de justice puis Nacéria avant de regagner le siège de la direction de l’éducation. Ces actions viennent en appui à la grève qui a lancée à l’échelle nationale depuis le 16 févier dernier et qui paralysent surtout les lycées dans la wilaya de Béjaïa et une partie des établissements des cycles moyen et primaire avant le rassemblement qui se tiendra devant le ministère de l’éducation prochainement », dira le coordinateur du Cnapest à Béjaïa M. Slimane Zenati.

Selon lui, « les négociations mainte fois menées par le Cnapest, notamment le 8 mars avec le ministère de l’éducation n’ont pas satisfait le syndicat, à savoir les dossiers liés à l’application du code de la médecine du travail et celui du départ à la retraite après 25 ans de service », ajoute notre interlocuteur.

« C’est pareil pour les autres points dont les promotions systématiques aux nouveaux grades et aux postes d’enseignant principal et d’enseignant formateur, la promulgation d’une circulaire interministérielle favorisant l’accès des enseignants au logement », poursuit M. Zenati qui rappelle aussi que « le Cnapest réclame également la mise à jour de la prime du Sud et l’installation d’une commission gouvernementale chargée de recenser les biens et fonds des œuvres sociales entre 94 et 2010 et la concrétisation des engagements consignées dans les procès-verbaux des réunions antérieurs ».

Le coordinateur du Cnapest ajoute que « le taux de suivi de la grève est maintenu à 95% avant de dire qu’ « il y a un recul sur les engagements pris par la tutelle antérieurement ».

A noter que le syndicat conditionne le gel de la grève par la satisfaction de ses revendications. De son côté, la cellule de communication de la direction de l’éducation évalue le taux de suivi de la grève dans le secondaire à « 62% » seulement.

Le bureau de la fédération des parents d’élèves de la wilaya de Béjaïa par la voix de son président M. Djoudi Touazi continue d’appeler à « la responsabilité et au gel de la grève pour ne pas compromettre l’avenir des élèves ». Hier, M. Touaâzi a estimé sur Radio Soummam que « la responsabilité incombe aussi bien au syndicat qu’à la tutelle ».

Il dira que « le gouvernement doit réagir disant que le Cnapest pose des revendications légitimes, mais d’autres surréalistes comme le départ à retraite à 25 ans ». Il dira aussi que « tout a une limite et il ne faut pas briser l’avenir de nos enfants ».

Les élèves surtout ceux des classes d’examen comme le bac continuent d’exprimer leur appréhension sur leur avenir. Ils estiment que « la remise des cours par CD n’est nullement une solution, car elle est loin de remplacer l’enseignant dans sa classe ».

Il est difficile d’assimiler les cours après les explications des enseignants alors comment les assimiler tout seul sans aucune aide ? », s’interrogent les lycéens qui sont très angoissés à propos de leur avenir. Certains n’hésitent plus à demander à la tutelle d’arrêter un seuil aux programmes à partir desquels seront puisés les épreuves du baccalauréat.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email