-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le CLA annonce une grève pour le 18 novembre

Le CLA annonce une grève pour le 18 novembre

Le Conseil national des lycées d’Algérie (CLA) a décidé de renouer avec la protestation. Il annonce une grève d’une journée le 18 du mois courant. Un mouvement de protestation qui sera suivi d’autres actions de contestation prévues pour le mois de décembre de l’année en cours.

Dans un communiqué rendu public hier, le CLA a brandit la menace d’aller vers la radicalisation des ces mouvement de protestation dans le cas où le ministère de l’éducation nationale ne donne pas suite à leurs revendications ». Ces actions ont été décidées, lors du Conseil national du CLA, qui a eu lieu, vendredi dernier, en présence de 30 délégués de wilaya.

Il n’est pas question pour le CLA de signer la Charte d’éthique et de déontologie proposée par la Tutelle et cela quel que soit son contenu, et réaffirme, à cet effet, son engagement pour garantir une école publique et de qualité. 

Ce syndicat a constaté avec amertume que le pouvoir d’achat des fonctionnaires algériens a diminué de plus de 25% au cours de cette année. Il atteindra les 50% à partir de l’entrée en vigueur de la nouvelle loi de finances 2016.

Devant cet état de fait, le CLA exige la création et l’installation d’un Observatoire national autonome de suivi du pouvoir d’achat à travers une politique salariale mobile et indexée qui permettra de voir la réalité des prix sur le marché. Il réclame aussi une valorisation immédiate de la valeur indiciaire et alerte le Gouvernement sur les retombées que pourrait provoquer cette crise.

Ce syndicat a déploré les différentes déclarations émanant des différents membres du gouvernement concernant la remise en cause des diverses formules des retraites, ayant ont semé la panique parmi les fonctionnaires et a poussé bon nombre d’entre eux à partir massivement à la retraite.

Tout en indiquant que plus de 25 000 demandes de départ à la retraite ont été enregistrées, le CLA appelle des fonctionnaires à se mobiliser pour exiger une retraite à 100%, et cela après 25 ans de service effectif.

Pour ce qui est en outre des postes de promotions octroyés aux différents paliers du secteur, le CLA estime que ce est en fait qu’une affaire de chiffres et non un règlement d’un problème. Il appelle la tutelle à revenir à la promotion automatique. Concernant le registre des contractuels, le syndicat regrette qu’ils soient à plus de 25 000 recrutés dans le secteur de l’Education nationale sans être payés pendant plusieurs mois.

A cette occasion le CLA réitère sa revendication, celle de l’intégration de tous les contractuels ainsi que le paiement régulier de leur salaire. Le CLA n’omet pas d’évoquer les entraves administratives auxquelles doit faire face le syndicat et les atteintes au droit syndical qu’il résume à plusieurs points.

Il s’agit de la suspension arbitraire du Secrétaire général de la wilaya de Saida, la non-réception du Siège national du syndicat, la réception tardive d’autorisations pour la tenue des réunions du syndicat
(Bureau national et Conseil national) et la non-prise en charge des doléances des représentants du syndicat et leur impartialité dans leurs relations avec les autres syndicats, ils adoptent la politique des deux poids et deux mesures. 

Convaincu que la stabilité dans le secteur de l’Education se fera par « l’amélioration des conditions de vie et de travail des travailleurs de l’Education mais aussi par l’encadrement de l’ensemble des établissements scolaires », le CLA réitère encore une fois ces revendications, notamment, auprès du Gouvernement. Il s’agit de la valorisation du point indiciaire par l’amélioration du pouvoir d’achat du fonctionnaire algérien et le maintien des systèmes des retraites et exiger une retraite à 100% après 25 ans de service effectif, et cela pour tous les métiers pénibles.

Pour ceux soulevés auprès le ministère de la tutelle, le CLA parle de la concrétisation des engagements cosignés dans le PV du 07 mars 2014 ( valorisation des heures supplémentaires, les primes du Sud, les logements de fonction et la gestion des œuvres sociales), le règlement définitif du problème des enseignants suspendus arbitrairement, la réintégration du Secrétaire général de Saïda à son poste de travail suspendu arbitrairement et l’intégration de tous les contractuels dans le secteur de l’Education nationale et le paiement régulier de leur salaire.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email