-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le chinois CSCEC se tourne vers le marché ferroviaire

Le chinois CSCEC se tourne vers le marché ferroviaire

Après de nombreux gros marchés de construction réalisés par le géant chinois du BTP, China State Construction Engineering Corp (CSCEC) en Algérie, ce dernier s’attaque désormais au marché ferroviaire. L’entreprise chinoise continue sa grande domination en Algérie, même dans une situation économique difficile.

Présent en Algérie depuis près de vingt ans déjà, le géant chinois dans le domaine des bâtiments et travaux publics, en l’occurrence China State Construction Engineering Corp (CSCEC) va faire, dans quelques semaines, ses débuts dans la construction des rails pour train, alors qu’on est habitué à voir le monstre chinois dans la construction des sites d’habitations, des hôtels haut de gamme, des centres de conférences de grandes dimensions ou encore dans la construction des mégaprojets, telle la Grande mosquée d’Alger.

En Algérie, l’entreprise a obtenu de très nombreux marchés pour un montant de plus de trois milliards de dollars. A titre d’exemple, CSCEC a réalisé la Grande mosquée d’Alger pour un montant avoisinant 1,5 milliard de dollars.

Le géant chinois est derrière la réalisation de la nouvelle ville universitaire de Constantine avec un montant de 520 millions de dollars. Ce n’est pas tout, puisque le même CSCEC a empoché 165 millions de dollars pour la construction de l’Ecole supérieure d’hôtellerie et de restauration d’Alger (ESHRA).

Le prestigieux hôtel Sheraton club d’Alger a été construit, aussi, par la même entreprise 69 millions de dollars.

L’aérogare internationale de l’aéroport Houari Boumediene d’Alger a été également réalisée par la même entreprise pour 266 millions de dollars. De gros œuvres pour le nouveau siège du ministère des Affaires étrangères, les 43 000 logements de type AADL répartis sur onze wilayas, l’hôtel Marriott de Tlemcen (45 millions de dollars), l’hôtel Sheraton d’Annaba, l’autoroute Cherchell-Bou Ismaïl (Tipasa) sur 48 km2, ont été tous réalisés par le géant chinois.

Ladite entreprise a été présélectionné pour la réalisation de la nouvelle aérogare d’Alger (550 millions de dollars). Elle a remporté la réalisation de 53 km de la section Chiffa de la route nationale n°1 avec, à la clé, 17 km de ponts et 3 km de tunnels.

Abonné aux méga-chantiers de prestige, CSCEC investit désormais le marché ferroviaire algérien. Selon nos informations, le constructeur de la Grande mosquée d’Alger et du Centre international de conférences (CIC) – pour ne citer que ses deux principales réalisations – a obtenu, le 11 novembre passé, le doublement de la ligne Annaba-Oued Zied, en consortium avec Cosider (entreprise publique), pour 5,1 milliards de dinars. Ce contrat attribué par l’Anesrif (Agence nationale d’études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires) inclut la construction de deux gares à Azzaba et Berrahal.

Ce tronçon de 13,5 km fait partie du plan de modernisation de la ligne Annaba-Ramdane-Djamel (100 km). Celui-ci avait été attribué en 2006 à l’espagnol OHL (Obrascon Huarte Lain), en consortium avec Infrarail, pour 21,7 milliards de dinars. Mais les retards se sont multipliés. Pour éviter le courroux de l’Anesrif, le groupe espagnol s’est longtemps appuyé sur Ali Haddad, l’ex-patron du Forum des chefs d’entreprise (FCE). Il avait créé une coentreprise avec sa firme de BTP ETRHB, avec laquelle il menait de nombreux chantiers. Mais Ali Haddad est incarcéré depuis mars dernier. Et l’Anesrif a été contrainte d’annuler le marché Annaba-Ramdane-Djamel après une ultime mise en demeure, en août dernier.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email