-- -- -- / -- -- --
Sports

Le Chabab au 7eme ciel

Le Chabab au 7eme ciel

Stade du 5-Juillet (Mohamed-Boudiaf), temps très chaud, affluence comble, pelouse en très bon état, bonne organisations, arbitrage de Gherbal, Etchiali, Omari ,4e arbitre Hallachi .

But. Yahia Chérif (116’ CRB)

Avertissements. Draoui, Heriat, Chebira…. (CRB ), Bouchar, Lamri , Bedrane…. (ESS)

ES Sétif . Khedairia, Bouchar (Amokrane70’), Haddouche, Bedrane, Keniche,Lamri, Bouguerroua (Bakir 90’), Ait Ouameur, Djahnit, Djabou ©,Rebiai

Entraîneur : Kheireddine Madoui

CR Belouizdad :Salhi, Naamani, Heriat, Bouazza,Draoui, Cheurfaoui© (Yahia Cherif 80’), Lamhane, Khoudi, Chebira, Lakroum (Aribi 90’), Belaili.

Entraîneur Badou Zaki

Dame coupe a fait son choix et nul ne peut aller à son encontre, pas même l’Entente de Sétif qui a longtemps cru en son étoile avant de céder, à quatre minutes de la fin des prolongations.

Le Chabab a remporté avec beaucoup de mérite sa septième coupe, et il le doit en grande partie au coaching de son coach, Badou Zaki et à son joker de luxe Yahia Cherif, le bourreau des Sétifiens. 

Une finale se gagne et l’ES Sétif l’a appris a ses dépens, elle qui a gagné ses huit finales.

 Le Chabab a été réaliste jusqu’au bout de l’effort dans une finale qui a été très équilibrée, même si elle n’a pas été d’un niveau élevé. Laakiba peut jubiler est c’est loin d’être immérité pour une équipe qui a su attendre son moment pour porter le coup fatal et terminer sa saison par un joli trophée qui ira garnir sa vitrine.

Cela dit cette finale, qui promettait tant sur le plan technique et spectaculaire, s’est singularisée par une première mi-temps plutôt terne des vingt deux acteurs, gênés par une chaleur suffocante et une pression morale terrible.

D’un côté comme de l’autre, on a privilégié la prudence, et la bataille du milieu engagée dès l’entame de la partie s’est avérée stérile et sans danger pour les deux gardiens. Il a fallu d’ailleurs attendre la 33’ pour voir les Belouizdadis comptabiliser la première occasion de but.

Lakroum, parti dans le dos de la défense Sétienne, rate son lob face à la sortie hasardeuse du gardien Khedairia, loin de sa surface. Ententistes et Chababistes, pris par l’enjeu de la partie se limiteront à produire un jeu loin des espérances d’un public resté sur sa faim durant toute cette première mi-temps.

C’était vivement la pause pour les joueurs qui avaient besoin de souffler, se désaltérer et surtout revoir chacun sa copie pour oser devant. Après la pause citron, les Sétifiens mettent un peu plus le pied à l’étrier et prennent le jeu à leur compte, mais sans réalisme devant un adversaire quelque peu émoussé et légèrement dominé par le second souffle Ententiste.

Les Belouizdadis se sont contentés de voir les Sétifiens faire circuler le cuir et opérer par des contre, mais sans danger. Subissant le jeu, le Chabab fut tout près de plier le premier genou à la 76’, n’eût été le sauvetage face à face de Salhi face à Amokrane entré en cour de jeu à la place de Bouchar, blessé.

Le Chabab répondra par son joker Yahia Cherif, qui vit son tir passé juste à côté des buts de Khedairia après avoir réussi un joli geste technique sur Bedrane à l’entrée de la surface de réparation. C’étaient là, les deux seules actions dangereuses qui méritent d’être signalées. L’arbitre Gherbal, irréprochable, invite les deux équipes à aller au-delà du temps réglementaire pour se départager.

Djabou donne des sueurs froides aux Algérois ; le Chabab ne rompt pas et ose à son tour forcer le destin. A 99’ Khedairia sort le grand jeu pour détourner miraculeusement le cuir sur une reprise de Yahia Cherif, bien servi par Aribi de la tête.
Les deux équipes sont au bord du K.O. Alors que tout le monde s’attendait à voir le légendaire second souffle sétifien faire la différence, ce sont les Belouizdadis qui se montrent plus dangereux.

Et alors que tout le monde s’attendait à voir les deux teams aller aux tirs au but pour se départager, le tandem explosif Fahem Bouazza-Yahia Cherif en décidera autrement à la 116’. Le premier pour sa passe lumineuse, et le second pour son but qui fera date. Un grand vainqueur le fair-play ; cela mérite d’être signalé.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email