-- -- -- / -- -- --
Sports

Le cauchemar continue…

Le cauchemar continue…

Cruelle désillusion pour les Algériens en ce deuxième jour de l’Aïd-el-Adha après l’humiliation de notre Khedra, pour ne pas dire ’’khorda’’, nationale à Lusaka face à une modeste sélection zambienne.

Une défaite en plus synonyme d’élimination précoce pour le Mondial 2018 en Russie. Le rêve brisé pour les Verts, et ce n’est, faut-il l’avouer, qu’un juste reflet des choses pour une équipe nationale tombée très très bas depuis sa dernière participation au Mondial de Rio au Brésil.

Ceux qui croyaient à une résurrection de la sélection nationale après le départ de Gourcuf puis Rajevac devront prendre leur mal en patience.

Du pain sur la planche pour le nouveau boss de l’instance fédéral Kheirreddine Zetchi, qui a cru faire mieux que son prédécesseur Mohamed Raouraoua en allant jeter son dévolu sur un coach inconnu au bataillon, l’Espagnol Lucas Alcaraz.

Ce dernier a encore une fois malheureusement montré ses limites. Après avoir échoué à qualifier la sélection nationale des locaux en se faisant éliminer par une équipe libyenne pour le prochain CHAN 2018 , le nouveau premier responsable technique des Verts a de nouveau échoué dans sa mission.

Celle de redonner une âme à la sélection nationale et maintenir toutes ses chances de qualification au Mondial 2018 en Russie. Faute de grives le peuple algérien va se contenter de merles et attendre un éventuel sursaut d’orgueil de ses Fennecs ’’ mouillés ‘’ pour la prochaine CAN 2019 au Cameroun.

Les camarades du transparent Slimani ont beau justifier l’état de la pelouse du stade de Lusaka ou crier à l’injustice pour un ou deux penalties non accordés, on ne peut justifier cette débâcle devant une sélection de Zambie qui nous a toujours réussis. Si le public algérien a tout de suite tiré sur le coach national, il a toutes ses raisons.

La responsabilité dans cet échec lui incombe en premier, lui qui avait pour mission de remettre la locomotive sur rails et maintenir l’espoir de rester en liste d’attente pour le voyage dans le pays du légendaire Lev Yachine. Mais qu’ont-ils ces sélectionneurs qui se sont succédés à la tête de notre Khedra nationale et ce sont tous entêtés à aligner un ‘’bleu’’ en défense. Les cas Ziti, Belkhiter ou Belkaroui sont encore dans les esprits.

Comment expliquer le choix de Hassni en défense central pour un joueur qui ne compte aucune sélection avec son pays et qui manque déjà de temps de jeu avec son équipe.

La titularisation du jeune Attal,qui avait fait forte impression los de son baptême de feu avec les Verts aurait été normalement un choix plus logique, pour ne pas dire plus judicieux. Tout laisse à dire pour les remplacements opérés par l’Espagnol… beau râleur qu’il est sur la ligne de touche ni plus ni moins.

Car ni Soudani ni Bensebaini ne méritaient de quitter le terrain alors que des joueurs comme Slimani, Hani et Bentaleb faisaient de la figuration sans plus.

Lors de sa conférence de presse d’après-match, le sélectionneur national est lui aussi passé à côté de son sujet en déclarant que les choses n’ont pas fonctionné comme prévu durant le match face à la Zambie à cause de plusieurs paramètres.

Pour lui, l’Algérie méritait au moins le nul vu qu’un penalty valable, de son point de vue, n’a pas été sifflé en sa faveur, exprimant ses regrets par rapport au score et à la tournure qu’a pris le match. Force est de constater pour lui et ceux qui ont jeté leur dévolu sur ses incompétences que les carottes sont cuites et que le voyage en Russie relève maintenant de l’utopie. Le cauchemar continue…

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email