-- -- -- / -- -- --
Monde

Le carnage des talibans à Peshawar

Le carnage des talibans à Peshawar

Des taliban lourdement armés ont attaqué hier une école gérée par l’armée dans la ville de Peshawar, près de la frontière afghane dans le nord-ouest du Pakistan, faisant au moins 126 morts, dont une centaine d’élèves, et 122 blessés, ont déclaré la police et un responsable du gouvernement provincial.

Neuf heures après le début de l’attaque, l’armée a dit avoir tué neuf assaillants et avoir achevé ses opérations de nettoyage du site. « L’opération est achevée », a déclaré une source militaire, ajoutant que sept soldats dont deux officiers avaient été blessés.

Les talibans ont eux-même indiqué que leur commando était composé de six membres équipés de vestes d’explosifs, venus se venger du gouvernement d’Islamabad qui « s’en prend à nos familles et à nos femmes » dans la région tribale du Nord-Waziristan, où l’armée a lancé une offensive en juin. « Nous voulons qu’ils souffrent à leur tour », a déclaré Muhammad Umar Khorasani, porte-parole des talibans.

Les militaires pakistanais ont précisé que les forces spéciales avaient pu libérer dans un premier temps de nombreux otages, puis encore deux enfants et deux membres du personnel cinq heures après le début de l’attaque. « Le bilan pourrait encore s’alourdir », a prévenu Bahramand Khan, directeur de l’information du secrétariat du chef du gouvernement provincial.
Il s’agit de l’attaque la plus sanglante au Pakistan depuis plusieurs années.

Un employé d’hôpital a déclaré que la plupart des victimes qu’il avait vues avaient entre 10 et 20 ans.
Le Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif, parlant de « tragédie nationale », a décidé de se rendre sur place pour superviser personnellement les opérations. « Je ne peux pas rester ici à Islamabad. C’est une tragédie nationale, imputable à de vrais sauvages », a-t-il dit, parlant des victimes comme de « ses enfants ».

« Un médecin militaire nous donnait un cours sur l’aide de première urgence lorsque les assaillants sont arrivés par l’arrière de l’école et ont commencé à tirer », a raconté un élève rescapé à la chaîne de télévision Dunya. « Nos professeurs ont verrouillé la porte et nous nous sommes tous couchés sur le sol mais les militants ont défoncé la porte. Ils ont d’abord tiré en l’air puis ont tiré sur les élèves, avant de s’en aller brusquement ».
« Ils avaient de longues barbes, parlaient arabe et portaient le shalwar kameez (tenue traditionnelle) ».

Quelque 500 personnes étaient probablement à l’intérieur de l’école au moment de l’attaque, selon des responsables de l’armée. Un professeur de l’école a raconté que l’attaque s’était déroulée en pleine session d’examens et que l’armée était intervenue environ une demi-heure après les premiers tirs. « Les soldats inspectent maintenant les classes l’une après l’autre », a-t-il dit.

En septembre 2013, une double attaque suicide contre une église anglicane de Peshawar avait fait plus de 80 morts. Une semaine plus tard, un attentat à la voiture piégée faisait 42 morts et une centaine de blessés sur un marché de la vieille ville.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email