-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le budget primitif 2015 voté

Le budget primitif 2015 voté

Le budget primitif (BP) de la wilaya de Tizi-Ouzou a été voté hier majoritairement à l’hémicycle Rabah Aïssat, mais sans toutefois les sept élus du RCD qui, après une mésentente sur les modalités de la présentation du budget, ont préféré quitter la salle des débats. Ce BP, établi sur la base équilibrée de recettes et dépenses, et ce en conformité avec la loi en vigueur, est d’un montant de 2 I07 445 302, 25 DA dont la taxe sur l’activité professionnelle (TAP) est de l’ordre de I 096 522 7I5 00 DA.

Par ailleurs, les élus ont voté au cours de cette même journée les chapitres portant sur les délibérations, le plan d’aménagement de la wilaya (PAW), le schéma directeur d’aménagement touristique (SDAT), l’extension du plan d’aménagement touristique de Sidi-Khelifa (Azeffoun). Pour la journée d’aujourd’hui, il sera question de débattre des volets relatifs aux secteurs de la Jeunesse et des Sports, des Travaux publics et divers.

Notons toutefois, que même si les points énumérés ci-dessus n’ont pas été votés avec une facilité semblable à celle d’une lettre postée.
En effet, en ce qui relève du PAW, les élus, toutes couleurs confondues, ont insisté sur la nécessité d’une construction d’un aéroport à Tizi-Ouzou puisque deux terrains fiables existent, à savoir Fréha et Draâ El Mizan. Les intervenants sont même allés jusqu’à accuser le pouvoir de trouver sans cesse des prétextes de tout genre pour ne pas construire un aéroport à Tizi-Ouzou.

« Presque chaque wilaya du pays a son propre aéroport et nous aussi, nous voulons le nôtre ; et d’autant plus il sera réellement d’un apport certain en matière d’économie pour notre wilaya « , ont déclaré les élus l’un après l’autre. C’est pourquoi, il est demandé au bureau d’études du Centre national des technologies et du consulting (CNTC), auteur du rapport du PATW, de revoir son étude en insistant sur le terme de « nécessité « pour la construction de l’aéroport.

Concernant l’extension du PAT qui est de l’ordre de 44 ha, c’est Abdelkader Bouaghzi qui réussira à convaincre les élus à admettre ce principe. En effet, à l’issue de son intervention, fort remarquable d’ailleurs, le wali expliquera que si l’ancienne zone touristique qui est d’une superficie de 49 ha n’a pu être exploitée jusque-là, c’est parce que les terrains en question appartiennent aux privés.

« Même avec la disponibilité d’argent pour les opérations d’indemnisations, nous avons rencontré des réticences de la part des propriétaires ; ce qui a fait décourager les investisseurs potentiels », poursuit Abdelkader Bouaghzi avant d’ajouter : « Avec cette extension, les terrains dégagés appartiennent au domaine privé de l’Etat ; autrement dit il n’existe désormais aucune contrainte pour les investisseurs ».

Le premier commis de l’Etat de la wilaya de Tizi-Ouzou a annoncé également qu’avec l’implication des investisseurs dans ce domaine de l’économie touristique, il est question d’une cagnotte avoisinant I0 000 milliards de centimes.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email