-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le blocage des routes se poursuit à Béjaïa

Le blocage des routes se poursuit à Béjaïa

La RN 09 a été une nouvelle fois coupée ce dimanche à hauteur du tunnel de Kherrata par des habitants de plusieurs villages de la municipalité, dont ceux d’Azaghar, de Takilaât et d’Ibahen. Ces derniers revendiquent, outre le transport scolaire, un bon nombre de projets, notamment l’aménagement des chemins et le raccordement de leurs foyers au gaz de ville, ainsi que le renforcement du réseau d’AEP, entre autres. Pour rappel, la RN 09 a été coupée la semaine écoulée au même endroit et presque pour les mêmes raisons.

Les habitants avaient rencontré les autorités locales et ils sont arrivés à un accord. La RN 12 reliant Béjaïa à Tizi Ouzou a été coupée hier aussi pour la sixième journée consécutive, soit depuis mardi dernier, à hauteur du lieu-dit Bourbaâtache, dans la commune de Fenaïa, daïra d’El Kseur, par des habitants et des parents d’élèves qui réclament la pose de ralentisseurs. Ces actions de protestation ont totalement paralysé le trafic routier en ce début de semaine. Des milliers d’automobilistes ont été pris en otage sur ces routes, ne pouvant ni avancer ni reculer.

De très longues files de véhicules se sont formées. Un véritable calvaire. Le wali de Béjaïa, qui s‘exprimait il y a quelques jours sur la radio locale, lors d’une visite sur les chantiers de la pénétrante autoroutière, avait déclaré que « la réquisition de la force publique est facile mais nous avons décidé de privilégier la voie du dialogue afin de régler les préoccupations citoyennes qui s‘expriment un peu partout ». Notons que les fournisseurs de la cantine du CEM Irid-Med Améziane d’Akfadou ont décidé depuis hier de cesser de fournir à l’établissement des produits alimentaires.

Du coup, la cantine est à l’arrêt. Cette décision est justifiée par les mécontents par le fait que l’établissement n’a pas honoré ses créances depuis le mois de janvier dernier. Des centaines d’élèves sont ainsi pénalisés. Ils affirment avoir saisi les responsables concernés à ce sujet, mais en vain. A Aokas, les travailleurs du CEM Emir Abdelkader ont entamé hier une grève illimitée. Ces derniers sont soutenus par l’association des parents d’élèves. Ils réclament le désamiantage de l’établissement et l’envoi d’une commission sur les lieux.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email