-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le blé français n’a plus la cote

Le blé français n’a plus la cote

L’Algérie, qui est très exigeante sur la qualité du blé qu’elle achète pour faire du pain, a choisi cette année d’en acheter davantage d’allemand et polonais. De ce fait, le blé français a de plus en plus de mal à satisfaire les critères requis par les principaux importateurs mondiaux, dont l’Algérie et l’Egypte.

Les blés français caractérisés par des taux de protéines supérieures à 11,5%, dotés d’une force boulangère supérieure à 170 et d’un indice d’Hagberg supérieur à 240, ne correspondent pas aux standards requis par l’Algérie et par la majorité des pays importateurs, selon le site spécialisé la terre-net.

De son côté, France export céréales considère même que certaines spécifications des pays importateurs sont de véritables barrières à l’entrée du blé français. Dans ce sens, le cahier des charges de l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC), exige des céréales avec au moins 12% de protéines pour être concurrentielles, excluant de facto le blé français.

En 2014, les exportations de blé français vers l’Algérie ont enregistré déjà un recul par rapport à l’année d’avant. La mauvaise qualité du blé récolté cet été en est la raison principale.
Selon FranceAgriMer, la France devrait pouvoir exporter environ 16,5 millions de tonnes de blé sur l’ensemble de la campagne, contre plus de 19 millions l’an dernier.

A ce jour, « 3,6 millions de tonnes de blé français ont été embarquées soit 9 % de moins que l’an dernier à date équivalente », a déclaré mercredi Olivia Le Lamer, chef de l’unité grandes cultures de FranceAgriMer.

Une grande partie de la récolte de blé a été dégradée par le froid et les intempéries de l’été, avec comme conséquences moins de blé meunier (pour le pain) et beaucoup plus de blé fourrager pour les animaux, payé beaucoup moins cher.

La France, traditionnellement 1er exportateur de l’Union européenne, n’est pour l’instant qu’en 2e position derrière la Roumanie, qui totalise 31 % des ventes en direction des pays hors UE. La France représente 25 %. Surtout, seulement 1,3 million de tonnes de blé français ont pour l’instant été expédiées en Algérie, contre 2,2 millions à la même époque l’an dernier.

Rappelons que l’Algérie avait importé 12,3 millions de tonnes de céréales en 2014 pour une facture de 3,54 milliards de dollars, en hausse de 12%.

La France, dont l’Algérie était le premier client, a vu ses exportations de blé vers notre pays baisser en 2014.
La domination française dans le domaine des importations vers l’Algérie, tous produits confondus, est en perte de vitesse. La suprématie française est égrenée par les avantages concurrentiels présentés par de nouveaux partenaires de l’Algérie, dont la Chine.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email