-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le «baron» et ses deux complices tombent à Tébessa

Le «baron» et ses deux complices tombent à Tébessa

Le baron arrêté contrôlait le marché national de l’or. C’est lui qui en alimentait presque toutes les wilayas. De l’or de contrebande qui entrait à partir du poste frontalier algéro-tunisien via le port de Marseille. Depuis l’année 2010, le baron qui vient de tomber dans les filets des gendarmes enquêteurs de Tébessa trafiquait de l’or. A bord de sa voiture, il arrivait à faire passer plusieurs quantités de bijoux. Voici le récit de son arrestation.

Trois présumés trafiquants d’or, dont le baron de Tébessa, viennent d’être arrêtés par les gendarmes de la Section de recherches de Tébessa suite à une enquête qui a duré plusieurs jours et qui a permis de saisir 74 kg d’or, plusieurs villas, appartements, voitures de luxe et locaux commerciaux à Alger, Constantine, Oran, Tébessa.

C’est un vaste réseau international spécialisé dans le trafic de l’or et impliqué aussi dans le blanchiment d’argent. Il activait sur l’axe Algérie-Allemagne-France-Tunisie, où plusieurs lingots d’or ont été transférés depuis Tébessa vers la Tunisie avant de finir en Europe, plus précisément en Allemagne et en France. L’enquête menée par les gendarmes a permis de saisir une grosse quantité d’or estimée à 28 milliards de centimes. Il s’agit de différents lots de bijoux et de lingots qui étaient soigneusement entreposés dans un véhicule appartenant aux trafiquants.

Dans son communiqué, la Gendarmerie nationale a expliqué que le démantèlement de ce réseau est un véritable succès et porte un sérieux coup aux réseaux de trafic international, notamment contre qui utilisent l’Algérie comme leur « base » de vie, où le trafic constitue un sérieux revenu pour les narcotrafiquants. Il s’agit aussi, explique la Gendarmerie, d’une atteinte à l’économie nationale d’autant que les trafiquants épuisent les richesses nationales pour les faire transférer vers les pays européens et voisins.

Pour en revenir à cette affaire, le démantèlement du réseau fait suite à la provenance de renseignements à la brigade de la Gendarmerie de Tébessa, qui faisaient état de la présence d’un véhicule suspect portant une plaque d’immatriculation allemande et qui venait juste d’entrer de Tunisie. Le véhicule a marqué le point au poste frontalier séparant l’Algérie de la Tunisie, avant d’emprunter, par la suite, la route d’El M’ridj vers Boukhadra, commune relevant de la wilaya de Tébessa.

Le conducteur, qui n’est autre qu’un membre du réseau, a emprunté la RN 82 avec à bord de sa voiture une marchandise suspecte. Pour l’intercepter, les gendarmes ont fait mobiliser deux patrouilles mobiles. Quelques dizaines de minutes après, le véhicule signalé a été localisé, ce qui a permis aux hommes en vert de l’intercepter à l’entrée sud de la commune de Boukhadra.

En fouillant le véhicule, les gendarmes ont découvert dans la malle trois cartons suspects attachés avec un fil en plastique, qui contenaient plusieurs lots de bijoux en or. 14 autres petits cartons contenant aussi de l’or, dont le poids total est de 5,886 kg, ont été également trouvés, ainsi qu’une somme d’argent soigneusement dissimulée. La somme totale saisie chez le trafiquant est estimée à 1 140 dinars tunisiens, 160 euros et 150 000 dinars algériens,
le tout dans une caisse en fer.

Le port de Marseille, « passerelle » de l’or vers Alger

Devant l’importante quantité d’or, les gendarmes enquêteurs ont décidé de transporter le véhicule vers le siège de la brigade territoriale de Tébessa pour être passé au peigne fin, car probablement, d’autres quantités d’or pouvaient être cachées à l’intérieur du moteur ou sous la voiture. Effectivement, les gendarmes ont découvert une autre quantité de bijoux estimée à près de 70 kg.

En tout, 74,135 kg ont été saisis lors de cette opération. Lors de l’interrogatoire, le présumé trafiquant a avoué qu’il trafiquait de l’or depuis l’année 2010, et que ce n’était pas la première fois qu’il en acheminait des quantités via le poste frontalier algéro-tunisien. D’après lui, il utilisait régulièrement son véhicule pour transporter la « marchandise ».

Cette voiture, acquise en Allemagne en 2010, lui permettait, à partir du port de Marseille, de transporter frauduleusement des quantités d’or. Le suspect a expliqué qu’en 2012, il avait réussi à obtenir un agrément de la part des services concernés en Algérie et que depuis, il était autorisé à faire l’import-export d’une manière légale.

En 2013, le trafiquant natif de Tébessa a mis un terme à son import-export afin de reprendre le trafic et devenir un contrebandier, du moment qu’il gagnait plus d’argent par cette pratique illicite, selon ses propos. Ses révélations ne se sont pas arrêtées là puisqu’il avoué qu’en 2013, il est devenu le fournisseur d’or pour les wilayas d’Oran, de Constantine, d’Alger et d’autres wilayas de l’ouest du pays.

Il en écoulait de grosses quantités, souvent auprès de bijoutiers, de trafiquants. D’après ses aveux, chaque mois il transportait de grosses quantités d’or dans son véhicule via la Tunisie. C’est dans la commune d’El M’ridja que les quantités d’or étaient, à chaque opération, entreposées avant d’être livrées à des clients richissimes.

Par ailleurs, les investigations ont permis de savoir que ce trafiquant possède deux maisons dans la wilaya de Batna, à l’est du pays, une servant de domicile familial et l’autre de crèche. L’extension de l’expertise des gendarmes à travers plusieurs wilayas a permis de découvrir un véritable « empire » que possède le trafiquant.

Ce dernier possède de nombreux biens éparpillés partout dans le pays, entre autres des villas, des locaux commerciaux à Alger, Batna, Oran, et Constantine. C’est grâce au trafic d’or que le mis en cause a pu bâtir son empire, tout en blanchissant son argent en Europe et en Tunisie, où il a acquis plusieurs biens.

D’autre part, les gendarmes de Tébessa ont pu identifier et arrêter deux complices. Il s’agit de deux membres qui appartiennent au même réseau. Tous les biens des trois trafiquants ont été mis sous séquestre par les gendarmes.

Plusieurs villas, locaux commerciaux, appartements, voitures de grosse cylindrée ont été saisis suite à une décision de justice, alors que plusieurs comptes bancaires leur appartenant ont été gelés. L’enquête se poursuit toujours, indique par ailleurs la Gendarmerie nationale, car il se pourrait que d’autres individus soient en lien avec les trois trafiquants.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email