-- -- -- / -- -- --
Nationale

Le bac professionnel lancé en 2020

Le bac professionnel lancé en 2020

Tant attendu, le baccalauréat professionnel sera lancé à partir de l’année prochaine, a affirmé Akila Chergou, directrice de la formation continue et des relations intersectorielles au ministère de la Formation et de l’Enseignement professionnels, soulignant qu’une commission interministérielle a été installée dans le but d’examiner le dossier.

Annoncé à plusieurs reprises, sans jamais voir le jour, le bac professionnel est enfin annoncé pour septembre 2020, à l’instar des autres pays du monde. Akila Chergou ? qui s’exprimait sur les ondes de la Chaîne 3, a rappelé qu’une commission interministérielle a été installée la semaine passée avec pour objectif de rendre le cursus professionnel plus attractif pour les jeunes et leurs parents. Le ministre de l’Enseignement professionnel avait précisé, lors de la cérémonie d’installation de cette commission, que celle-ci sera chargée de réorganiser le cursus de l’enseignement professionnel par le lancement du baccalauréat professionnel comme diplôme sanctionnant ce cursus. Il a assuré à ce propos que le bac professionnel aura le même niveau que le bac général et qu’il concernera les élèves admis (4e année moyenne ou 1re année secondaire). Le baccalauréat professionnel offrira également la possibilité aux lauréats de poursuivre leur cursus dans l’enseignement supérieur, et ce dans le cadre du système LMD. Le ministre de l’Education nationale, Abdelhakim Belabed a, pour sa part, estimé que la création du baccalauréat professionnel permettra de réduire la pressions que connaît actuellement l’enseignement secondaire général et technique, et de garantir l’égalité des chances en matière d’orientation des élèves. Les diplômés de la formation professionnelle « constitueront un véritable réservoir de titulaires de licence professionnelle en système LMD (licence-master-doctorat) pour combler leur nombre décroissant quant aux besoins de l’économie en matière de main-d’œuvre qualifiée », a-t-il soutenu

Pour Boualem Amoura, président du Syndicat autonome des travailleurs de l’éducation et de la formation (Satef), le ministère a tardé pour rétablir le baccalauréat professionnel.

« Ce bac existait déjà dans les années 1990 au sein des technicums et a été supprimé en 2003 avec l’avènement de la première réformette », a-t-il regretté. Le syndicaliste qui s’est réjoui de la décision de relancer le bac professionnel, se pose la question de savoir si l’État algérien dispose des moyens humains et matériels pour le lancer en 2020. « Y a-t-il assez d’ateliers dotés de machines ?” s’est-t-il interrogé, estimant qu’il y avait de la précipitation dans cette décision qui risque d’être vouée à l’échec.

Le SG du Satef a expliqué que la dernière fois que le dossier du bac professionnel a été ouvert avec le ministère de l’Education, c’était lors des consultations de juin 2011. Les syndicats, a-t-il dit, étaient favorables au retour des lycées techniques.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email