-- -- -- / -- -- --
Culture

L’archéologie préventive, un compagnon du développement

L’archéologie préventive, un compagnon du développement

En présence du monde national de la vie culturelle et avec une forte participation des médias, Azeddine Mihoubi, ministre de la Culture, a lancé avant-hier la tenue du Mois du patrimoine. Ce grand évènement annuel qui débute ce 18 avril pour se terminer le 18 mai, coïncidant avec la Journée mondiale des musées, est placé sous le thème « Le patrimoine culturel comme moyen d’impulsion du développement du territoire ».

L’archéologie ainsi que la restauration des biens culturels marquent cette édition du mois du patrimoine. M. Mihoubi a justement mis l’accent sur ces deux pôles auxquels son département ministériel accorde un intérêt particulier.

Sur le plan archéologique, il annonce la mise au jour d’imposants vestiges de notre histoire, découverts lors des fouilles effectuées sur le chantier de la future station du métro à la place des Martyrs.

Ces trésors de notre patrimoine retraçant plus de 2000 ans de périodes historiques font dèjà, depuis ce 18 avril, l’objet d’une exposition que peut visiter le public, en attendant qu’ils soient regroupés dans les espaces de cette station de métro devenant une station musée.

Il s’agit ici de mettre en évidence le lien reliant la connaissance du patrimoine avec l’aménagement du territoire. Avec cet exemple, l’archéologie préventive a pour objet de concilier la mémoire avec les zones urbaines .

L’archéologie est d’ailleurs à l’honneur avec une vaste exposition qui a ouvert ce 18 avril au palais de la Culture et que le ministre a visité après son intervention devant la presse. Cette exposition reflète les découvertes des récentes fouilles illustrant, notamment, les périodes bysantine, ottomane, islamique et même coloniale.

La restauration de La Casbah est à l’ordre du jour au cours de ce Mois du patrimoine. Des panneaux illustrés reprennent avec force détails le niveau des travaux de restauration en cours opérés dans les palais et les bâtisses de cette cité millénaire, miroir du patrimoine culturel de l’identité et de la personnalité algérienne.

Le Mois du patrimoine constitue une opportunité pour sauvegarder et protéger, par l’archéologie préventive, les vestiges historiques enfouis principalement dans le tissu urbain, harmonisant ainsi la culture avec les exigences du monde d’aujourd’hui. Le présent ne peut se comprendre sans le passé et le devoir de mémoire devient une nécessité à mettre en évidence.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email