-- -- -- / -- -- --
Monde

L’appareil judiciaire iranien est indépendant

L’appareil judiciaire iranien est indépendant

L’autorité judiciaire iranienne, institution indépendante de l’Exécutif a sommé les Etats-Unis de ne plus s’ingérer dans ses affaires internes concernant notamment le sort d’un ressortissant irano-américain détenu en Iran pour espionnage.

Le chef de l’autorité judiciaire iranienne, Javad Larijani, a demandé à Washington de ne pas intervenir dans les affaires de justice de son pays, quelques jours après que le secrétaire d’Etat américain a appelé Téhéran à libérer l’Irano-Américain Amir Hekmati. 

« L’institution judiciaire de la république islamique d’Iran est indépendant et le président ou le ministre des Affaires étrangères des Etats-Unis ne peuvent pas dicter à l’appareil judiciaire iranien sa responsabilité » a-t-il martelé.

S’exprimant lors d’une réunion des hauts responsables judiciaires, le chef du pouvoir judiciaire iranien, l’Ayatollah Larijani a souligné : « La justice de la République islamique examine conformément à la loi et en toute tranquillité tous les dossiers, notamment ceux des personnes accusées d’espionnage au profit des Etats-Unis et il est inutile que les responsables américains nous dictent ce qu’il faut faire ».

« La justice agit selon son devoir”, a déclaré Larijani. Il a toutefois ajouté que des décisions pouvaient être prises par le Conseil suprême de la sécurité nationale « conformément aux intérêts nationaux du pays » et « dans, certains cas, des décisions de grâce par le guide suprême ».

« Nous conseillons aux responsables américains de ne pas faire d’agitation inutile, a averti Larijani. Larijani a également parlé de l’invasion culturelle des médias occidentaux pour dire : « Ces émissions sont réalisées grâce aux milliards de dollars d’investissement ; des centaines de chaînes persanophones ont été créées dont l’objectif consiste en l’invasion culturelle et la mainmise sur les peuples. » 

Vendredi, le secrétaire d’État américain John Kerry avait exhorté l’Iran à libérer l’Irano-Américain Amir Hekmati, emprisonné depuis quatre ans pour ce que le chef de la diplomatie américaine qualifie de « faits d’espionnage infondés ». Kerry a par ailleurs renouvelé les demandes de son gouvernement pour que l’Iran relâche deux autres Américains, le pasteur Saeed Abedini, arrêté en 2012 et condamné à huit ans de prison pour avoir organisé une étude biblique, et le reporter du Washington Post Jason Rezaian, emprisonné depuis plus de 400 jours et jugé pour espionnage.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email