-- -- -- / -- -- --
Nationale

L’ANP surveille la frontière grâce aux drones

L’ANP surveille la frontière grâce aux drones

L’affaire semble pliée. La décision aurait déjà été prise d’une nouvelle intervention militaire imminente de l’OTAN en Libye.
Il semble que le compte à rebours ait commencé pour mettre fin au chaos qui règne en Libye, et surtout à la menace que fait peser le mouvement terroriste Daech sur des pays, comme la Tunisie et l’Algérie. Plusieurs indices militent en faveur de ce scénario.

L’ambiance est désormais celle des bruits de bottes et de préparation à la guerre. Aussi pour parer à toute éventualité d’un débordement, l’ANP a mis en place un système de surveillance arienne des plus efficaces, cela sans compter la mobilisation de milliers de soldats à la frontière avec la Libye pour refouler les éléments de Daech. La surveillance de la frontière avec la Libye a été renforcée ces derniers jours par l’ANP pour parer à toute infiltration de terroristes à l’heure où une imminente intervention militaire occidentale dans ce pays voisin est à craindre. En plus du renforcement de la surveillance terrestre par le déploiement supplémentaire d’éléments de l’Armée nationale, l’Algérie a déployé des drones pour la surveillance aérienne. Plusieurs drones ont été déployés dans une zone très étendue du territoire frontalier de la wilaya d’Illizi, tout au long de plus du millier de kilomètres qui sépare l’Algérie de la Libye.

Le renforcement de la surveillance sécuritaire à ses frontières intervient alors que certaines sources sécuritaires occidentales citées par des médias font état de l’intrusion de nombreux terroristes de Daech depuis la Libye vers l’Algérie pour fuir les frappes aérienne. Cette option semble de plus en plus plausible même si l’Algérie préfère plutôt une solution politique pour isoler le groupe Daech. Le chassé-croisé diplomatique à Alger des responsables US et russe est un indice fort probant du risque d’éclatement de la région. Des soldats des forces spéciales françaises auraient débarqué dans la région de Benghazi pour soutenir l’armée du général Khalifa Haftar, indique une source sécuritaire citée par des médias français. Le commando français serait actuellement, selon les mêmes sources, dans la base aérienne de Benina, est de Benghazi, fief de l’armée du général Haftar. Le Pentagone a confirmé, le 27 janvier 2016, que Washington étudiait « des scénarios militaires en Libye en cas de renforcement de la menace terroristes émanant de Daech ». Le gouvernement italien a autorisé hier les drones US à frapper en Libye depuis sa base de Sigonella en Sicile pour mener des actions défensives contre Daeh. Le spectre d’une nouvelle guerre en Libye a fait réagir la Tunisie, pays le plus exposé au Maghreb. Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Khemais Jhinaoui, a indiqué que son pays comptait abriter très prochainement une réunion des pays voisins de la Libye, dont l’Algérie, pour examiner les moyens d’aider le gouvernement d’union nationale à rétablir la paix et la stabilité dans ce pays.

Le chef de la diplomatie tunisienne a souligné la convergence de vues entre son pays et l’Algérie concernant la crise libyenne et les efforts pour parvenir à une solution politique et aider les différentes parties libyennes à régler leur crise et à préserver l’intégrité de la Libye. Hier encore, le Parlement libyen a encore une fois reporté l’installation d’un gouvernement d’union nationale faute d’obtenir le quorum nécessaire. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email