-- -- -- / -- -- --
Nationale

L’ANP s’équipe et fait peur aux terroristes

L’ANP s’équipe et fait peur aux terroristes

Le 5 juillet dernier, l’agence Reuters annonçait la signature d’un contrat d’armement entre l’Algérie et l’Allemagne. Berlin devrait ainsi fournir pour quelque 10 milliards d’euros en armes et matériel militaire à l’ANP sur dix ans.

Il s’agit du plus gros contrat d’armement signé en 2011 avec un pays occidental et l’Algérie. Quatre projets sont concernés. Rheinmetall et MAN doivent construire des blindés de transport Fuchs. Daimler compte vendre des camions et des tout-terrains, et ThyssenKrupp de construire des frégates et former les personnels navals.

L’année dernière, l’Allemagnes a livré du matériel militaire pour l’équivalent de 4 milliards d’euros. A travers ces achats, l’Algérie est devenue le deuxième client de l’Allemagne après l’UE et l’OTAN. Rien que pour cette année, l’Algérie a commandé pour 1,2 milliard d’euros de matériels militaires.

Cette annonce a bénéficié d’une attention particulière dans les milieux médiatiques marocains et occidentaux qui y voient une montée en puissance de la force de dissuasion de l’armée algérienne dans le continent motivée, selon des sources militaires algériennes, par les menaces récurrentes des groupes terroristes provenant de pays frontaliers comme la Tunisie, le Mali ou la Lybie, ces deux derniers pays en proie à une tentative de déstabilisation par El Qaïda et Daech.

Les autorités algériennes, qui s’approvisionnaient jusque-là du côté russe, un fournisseur traditionnel, ont voulu aussi jouer la carte de la diversification.

Dans un récent classement publié par l’entreprise britannique dans le domaine de la défense Jane’s, la Russie conserve la deuxième place des exportations d’armement au niveau mondial. Dans le top 3 des principaux clients de la Russie, on retrouve l’Algérie, partenaire traditionnel dans le domaine depuis des dizaines d’années.

Ainsi, à l’issue de l’année 2016, l’Algérie a occupé la troisième place (achats d’armements russes pour 924 millions de dollars), derrière des poids-lourds tels que l’Inde (achats pour 1,2 milliard de dollars à la Russie, 19% du volume total des livraisons russes) et la Chine (achats pour 959 millions de dollars), qui sont également des partenaires traditionnels de la Russie dans le domaine de la défense.

L’Algérie est aussi tout simplement la deuxième plus puissante armée africaine, juste derrière l’Égypte (selon le site américain spécialisé sur les questions de la défense Global Firepower) et 26e au classement mondial. Le partenariat militaro-technique russo-algérien est fort varié : des avions et hélicoptères de combat modernes aux systèmes anti-missiles et aux sous-marins.

Alors qu’elle ne faisait même pas partie du top dix en 2015, l’Algérieest placée en 2016 à la cinquième place des pays qui importent le plus d’armes au monde, selon le rapport annuel du Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI).

L’Algérie se détache même nettement en première position avec 46 % de toutes les importations en Afrique, suivie par le Maroc (15 %) et le Nigéria (4, 6 %), les trois pays étant largement fournis par la Russie, qui s’attribue 35 % des exportations d’armes dans la région.

En se basant sur les données que fournissent plusieurs ONG ou think tanks comme le SIPRI sur les budgets depuis 1988, on constate par exemple la lente montée en puissance de l’Algérie, qui consacre environ dix milliards de dollars de budget à la Défense.

Enfin l’armée algérienne a, pour la première fois, utilisé les chars de fabrication chinoise lors de la manœuvre terrestre d’envergure qui s’est déroulée il y a quelques jours à Ouargla.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email