-- -- -- / -- -- --
Nationale

L’ANP déterminée

L’ANP déterminée

La contrebande, cette véritable économie bazar est en train de gangrener l’économie nationale. Des dizaines de milliers de jeunes sont devenus des « soldats » formant les contingents de contrebandiers activant aux frontières ou en tant que « porteurs de cabas » dans les aéroports. A l’Ouest, l’Est, au Sud et maintenant au Centre du pays, ici la contrebande s’est amplifiée alors que le pays vit une
crise financière.

Ce qui s’est passé mardi dernier à Debdeb, ville frontalière située dans la wilaya d’Illizi était prévisible. Ici, la situation sécuritaire a connu un dérapage lorsque les gendarmes (munis d’une autorisation du procureur de la République) ont procédé à des perquisitions des domiciles de certains contrebandiers. Des jeunes influencés ont manifesté suite à ces opérations de la Gendarmerie nationale.

Le ministère de la Défense nationale (MDN) a réagi, jeudi passé, à travers un communiqué par lequel il a formellement démenti les propos sénateur RND d’Illizi, Abbes Bouamama, concernant certains dépassements des gendarmes lors des perquisitions des domiciles des contrebandiers à Debdeb.

« Les perquisitions ont été faites dans le respect de la réglementation en vigueur et sans aucun dépassement » et « ont permis de neutraliser les activités des contrebandiers et de resserrer l’étau sur eux, ce qui a poussé quelques jeunes, influencés à se comporter d’une manière irresponsable et injustifiée ».

C’est par cette mise au point publiée avant-hier par le ministère de la Défense nationale que cette institution a précisé l’opinion publique sur ce qui s’est déroulé réellement à Debdeb, dans la wilaya d’Illizi. Ici, mardi passé, les services de sécurité ont procédé à la perquisition des habitations de certains individus connus pour leurs activités de contrebande au village de Mriksène, à Debdeb, avec « respect de la réglementation en vigueur et sans aucun dépassement », a commenté le MDN.

Ainsi, le ministère de la Défense a démenti formellement ce qui a été rapporté par le sénateur Abbés Bouamama qui, quelques heures après les perquisitions des domiciles des contrebandiers, avait donné une autre version sur cette affaire. Selon le sénateur du RND, des dépassements ont eu lieu lors des perquisitions, ce qui a poussé les jeunes de la ville à manifester.

Le sénateur Abbes Bouamama a considéré dans une déclaration à certains médias que cette action des forces de l’ANP appuyés par les gendarmes « comme des provocations de la part des éléments de la Gendarmerie nationale, qui ont déclenché des altercations entre ces derniers et quelques jeunes ». Abbas Bouamama, a également envoyé un rapport au général Ahmed Gaïd Salah, chef d’État-major et vice-ministre de la Défense nationale, au sujet de la situation sécuritaire à Debdeb.

« La situation dans la commune de Debdeb risque de devenir complexe à cause du comportement de certains éléments de la Gendarmerie qui sont perçus par les habitants comme étant des provocations », a mis en garde le parlementaire dans son rapport.

« Debdeb est une commune frontalière qui exige un traitement spécial dans la situation actuelle qui est sensible », a rappelé l’élu. La réaction du MDN ne se fait pas attendre. Cela dit, une enquête a été immédiatement ouverte par le MDN pour savoir la vérité sur ces perquisitions.

« Après enquête des autorités compétentes concernant les allégations de mauvais traitement, les notables de la région ont affirmé par écrit, lors de leur rencontre avec le Commandant du secteur opérationnel d’In Amenas/4e Région militaire, que l’intervention rapide des éléments de la GN, avec professionnalisme, et dans le strict respect de la loi, a permis de protéger les citoyens et leurs biens du saccage et de la destruction par les manifestants », a affirmé le MDN suite à cette enquête. Pour le MDN, « les éléments de la Gendarmerie les ont dispersés sans incident ni interpellation d’individus, contrairement à ce qui a été avancé par certains médias ».

Il a affirmé que l’Armée nationale populaire « ne ménagera aucun effort pour remplir ses missions constitutionnelles quant à la sauvegarde de la souveraineté nationale, la protection des citoyens et de leurs biens et la lutte contre toute forme de terrorisme, de criminalité organisée et de contrebande ».

La contrebande, une véritable économie de bazar

A l’Est tout comme à l’Ouest, voire au Sud, les frontières algériennes ont été infestées par les réseaux de la contrebande, non seulement en carburant mais en tous genres. Qui sont ces contrebandiers ? Comment les réseaux de trafic arrivent-ils à recruter de jeunes contrebandiers, certains âgés à peine de 18 ans ? 

Pour la Gendarmerie nationale, les opérations qui ont été menées par les gardes-frontières (GGF) durant des années ont montré que la plupart des contrebandiers sont sans profession.

Des chômeurs âgés entre 18 et 40 ans passent à la contrebande pour se faire de l’argent. « Parmi les 817 contrebandiers que nous avons interpellés ces derniers six mois avec leurs véhicules et les marchandises, 65% sont âgés entre 18 et 40 ans, alors que 66% des contrebandiers sont des célibataires, 60% sont des chômeurs », avait révélé un colonel de la Gendarmerie de Tlemcen. 

Face à cette situation sociale des plus difficiles des jeunes sans profession, les réseaux de trafic de carburant et autres marchandises illégales ont investi dans la jeunesse algérienne issue des villes frontalières du pays afin de les convaincre et les enrôler pour devenir de nouveaux contrebandiers.

Pis, beaucoup de jeunes Algériens, qui résident dans les villes frontalières, à l’image de Maghnia (Tlemcen) ou à l’Est à Tébessa, dès qu’ils bouclent l’âge de 18 ans recourent aux auto-écoles pour passer le permis du poids lourd.

Quel est leur objectif ? C’est en passant le permis de poids lourd, dès cet âge, qu’ils arrivent à avoir une chance de devenir un nouveau contrebandier et gagner jusqu’à 7 millions de centimes pour chaque mission d’acheminement de carburant vers la Tunisie, le Maroc, la Libye, le Mali, le Tchad et le Niger. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email